Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Transparence et redevabilité dans le secteur de la défense : Cri 2002 prône la gouvernance inclusive du territoire

mardi 16 octobre 2018

Lancé le 7 juin 2018, le Projet pour le renforcement de la transparence et de la redevabilité dans le secteur de la défense et de la sécurité, est en passe d’atteindre ses objectifs. Sous l’égide de Cri 2002, l’hôtel Radisson de Bamako a abrité les travaux du Focus group national, avec l’objectif de mutualiser les résultats issus des Focus Group des 5 pôles, à travers le Pays.

« Nous sommes ici pour écouter les résultats de cette série de dialogues, en tirer des leçons et faire en sorte que les organisations de la société civile malienne et le gouvernement puissent ensemble en discuter et identifier des pistes de réflexions et des actions, en vu du renforcement de la transparence et de la redevabilité dans le secteur de la défense et de la sécurité », a indiqué Dr Abdoulaye Sall, Président de Cri 2002.

Il a estimé que ce Focus Group niveau national, sera un lieu d’échanges, de débats et de mutualisation sur les résultats obtenus des Focus Group des 5 pôles à travers le pays. Pour être plus précis, le Président de Cri 2002 a levé le voile sur les trois thématiques autour desquelles les débats tourneront.

Selon lui, la première thématique traitera de la problématique Organisations de la société civile/Forces de défense et de sécurité et Sécurité humaine. En d’autres termes, les participants réfléchiront sur la bonne stratégie à mettre en place entre les Organisations de la société civile et les Force de défense et de sécurité, pour une meilleure prise en charge de la sécurité humaine.

La deuxième thématique portera sur Organisations de la société civile/Forces de défense et de sécurité et Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Et, enfin, il dira que la troisième problèmatique à prendre en charge portera sur la thématique : Organisations de la société civile/Forces de défense et de sécurité et Gouvernance inclusive du territoire. En ce qui concerne ce troisième point, Dr Sall a révélé que des discussions des Focus Group, il ressort que les Maliens sont fiers de leurs forces de défenses et de sécurité. Cependant, il dira que les populations souhaitent des passerelles avec les Forces de défenses et de sécurité à travers la société civile. Et, selon lui, cela n’est pas possible sans l’intégration de la notion de la gouvernance inclusive du territoire dans toutes nos démarches.

Pour sa part, Julien Joly de Tranparency International Défense et Sécurité, a rappelé que depuis 2014, le fait que le programme de défense et Sécurité de Tranparency International, travail avec des militaires, des ministères et des sociétés d’armements, a renforcé sa certitude que la société civile a un rôle prépondérant à jouer en matière de sécurité nationale. « Nous ne sommes pas au Mali, pour dire à la société malienne comment organiser son secteur de la défense, mais de partager l’expérience acquise dans ce domaine dans d’autres pays et à aider à l’adapter au contexte malien », a-t-il vite fait d’ajouter. Avant de rappeler que leur partenariat avec Cri 2002, contact national et Section nationale en formation de Transparency International, vise à renforcer l’engagement des citoyens avec les Institutions de défense dans le but de promouvoir l’intégrité, la transparence et la redévabilité dans le secteur de la défense.

« Le renforcement de la gouvernance et de la redevabilité du secteur de la défense et de la sécurité », est une préoccupation majeure de la MINUSMA. Et, cela a été soutenu de fort belle manière par Ndiaye Ndiaga de la MINUSMA.

En sa qualité de secrétaire général du ministère de la réforme de l’Administration et de la Transparence de la Vie Publique, Abraham Bengaly, a estimé que la rencontre est la manifestation de l’engagement des citoyens avec les institutions de défense dans le but de promouvoir l’intégrité, la transparence et la rédevabilité dans le secteur de la défense.

Citant Tiéna Coulibaly lors du lancement du projet le 7 juin 2018, à l’époque ministre de la défense et des anciens combattants, il dira que cette initiative entend contribuer au renforcement de la compréhension par les Organisations de la société civile des risques de corruption dans le secteur de la défense et comment ils affectent les citoyens maliens et contribuent à l’instabilité. En outre, il a indiqué que le projet vise à l’accroissement de la capacité et de l’expertise de la société civile à initier, influencer et surveiller les reformes anti-corruption dans le secteur de la défense. Enfin, il dira qu’il travaille à l’augmentation de la responsabilité des institutions de défenses et de sécurité à travers la supervision accrue de la société civile nationale. « Cinq mois après son lancement national officiel, le parcours du Projet est en parfaite adéquation avec la ligne directrice fixée », a-t-il déclaré.

Il a annoncé qu’après la cérémonie de lancement, l’exercice poursuivi, s’est consolidé, à travers la formation des facilitateurs des Focus Group des dis régions et du District de Bamako, avec comme produit livrable : « le Manuel Guide d’entretien Défense et Sécurité ». Il a aussi mis en exergue l’organisation et la réalisation des Focus Groups à travers les 5 pôles.

Il a adressé ses remerciements et ses félicitations à Cri-2002 et ses partenaires techniques et financiers que sont le Fonds des Nations unies pour le développement, et Transparency International, pour cette initiative qui a pour objectif de contribuer aux efforts du gouvernement dans les domaines de la bonne gouvernance et de la transparence de la vie publique.

Pour cette rencontre, en plus d’un certains nombre de Chefs de villages de certaines localités du pays, l’on a enregistré la présence de représentants des 5 pôles à travers le pays (Kayes/Koulikoro, Ségou/Sikasso/Mopti, Gao/Kidal/ Ménaka, Tombouctou/Taoudénit et Bamako).

Assane Koné}

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de