Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Sécurité sociale : L’Unicef renforce la protection sociale pour un développement durable

mercredi 26 octobre 2016

Organisée par l’Unicef en collaboration avec le gouvernement du Mali et la banque mondiale, la Conférence Nationale sur la Protection Sociale au Mali, s’est tenue du 25 au 26 octobre 2016. C’était à l’hôtel Salam. La conférence était placée sous les thèmes : « enjeux de la mise en œuvre de la politique nationale de la protection sociale au Mali » et le « registre sociale unifié : outil d’aide de la décision ». L’objectif est de renforcer la sécurité sociale.

La rencontre était présidée par le ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, Amadou Konaté, en présence du représentant de l’UNICEF, Fran Equiza, ainsi que d’autres personnalités.

« De l’indépendance à nos jours, la sécurité sociale au Mali a été progressivement mise en place et elle a connu des avancées significatives », a fait savoir le ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord.

Selon lui, parmi ses institutions de sécurité sociale, la Caisse Malienne de Sécurité Sociale (CMSS) figure en bonne place. A ce titre, elle est chargée d’appliquer la politique sociale de l’Etat à travers le paiement des pensions de retraite des fonctionnaires, civiles et militaires, et des parlementaires.

Il a déclaré que, le monde de la production a beaucoup changé depuis un demi-siècle. Il dira que le monde des travailleurs de la fonction publique a aussi évolué pendant cette période. C’est ainsi que plus d’une décennie, la Caisse Malienne de Sécurité Sociale (CMSS) s’est engagée dans un processus de restructuration et de modernisation.

Selon lui plusieurs études ont été menées par la CMSS dans le cadre de la reforme de ses régimes de pensions. Pour soutenir l’Etat, elle envisage de mettre en œuvre certaines mesures d’accompagnement, notamment la mise en place d’un régime de retraite complémentaire par capitalisation et une branche des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Par conséquent, il invite l’ensemble des partenaires de CMSS à s’investir pleinement pour la réussite de cet important chantier qu’est la réforme des régimes de pensions de la CMSS.

Pour sa part le représentant de l’UNICEF, Fran Equiza, a rappelé les objectifs de la conférence qui s’articulerait autour de la protection sociale par des échanges avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur le dispositif de la protection sociale au Mali en vue d’une perspective de meilleure couverture sociale de l’ensemble de la population.

« Dans le monde, près de 385 millions vivent dans l’extrême pauvreté, c’est ce que révèle une nouvelle analyse conjointe du groupe de la banque mondiale et de l’UNICEF » a dit M. Fran Equiza. Selon lui une analyse axée sur les enfants publiée, il y a trois semaine, montre en 2013, que 19,5% des foyers des pays en développement vivaient dans avec une moyenne de 1,90 dollar US au maximum par jour et par personne.

Au Mali le niveau de pauvreté d’après lui, est très élevé avec 47,2% en 2015. Il est estimé que plus de 25% de la population est en pauvreté chronique et dans l’insécurité alimentaire et 78% ne sont couverts par aucun régime de protection sociale. Cette vulnérabilité a été aggravée par la récente crise politico-militaire et a ainsi accru la demande pour des programmes de transfert sociaux efficaces.

Dans ce contexte où les enfants sont deux fois plus exposés aux risques que les adultes de vivre dans l’extrême pauvreté, s’impose la nécessité d’améliorer les services pour briser le cercle de la pauvreté intergénérationnelle. Dans ses propos, il dit que le nombre impressionnant d’enfants touchés par l’extrême pauvreté montre bien la réelle nécessité d’investir précisément dans la petite enfance, dans des services comme les soins prénatals pour les mères enceintes, des programmes de développement de la petite enfance, la qualité de l’enseignement scolaire, l’eau salubre, un assainissement approprié et une couverture universelle des soins de santé.

Le ministre a fait savoir que ces deux jours porteront sur : la politique nationale de protection sociale et son plan d’action, le processus d’opérationnalisation du Régime Social Unifié (RSU), la protection sociale adaptative dans la gestion des crises et l’extension de la protection sociale au monde agricole et secteur informel. « La protection sociale constitue une cible instrumentale pour l’atteinte de plusieurs objectifs de développement durable (ODD) », a déclaré le représentant de l’UNICEF.

« La protection sociale est un droit pour tous, en particulier pour les enfants, c’est pour cela que l’UNICEF accompagne le gouvernement du Mali non seulement dans la mise en œuvre des programmes, mais également pour le renforcement du système de protection sociale dans son ensemble », a-t-il souligné.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques