Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Revue du secteur Mines et Energie de l’année 2018 : 21 projets pour 28 milliards de FCFA

mercredi 29 mai 2019

Le lundi 27 mai 2019, Lelenta Hawa Baba Bah, ministre des mines et du pétrole, a présidé l’ouverture des travaux de l’atelier de la revue du secteur Mines et Energie pour l’année 2018. C’était au Maeva Palace en présence de son secrétaire général et de la Cheffe de fil des partenaires techniques et financiers et des acteurs concernés. Elle porte globalement sur 21 projets et programmes en exécution pour une dotation de 28 milliards de FCFA.

A l’entame de ses propos, Mme Lelenta Hawa Baba Bah a expliqué que la revue sectorielle a pour objectifs de suivre et évaluer la mise en œuvre des politiques et stratégies sectorielles de développement des deux secteurs respectifs. Elle a indiqué que la revue concerne globalement 21 projets et programmes en exécution pour une dotation de 28 milliards de FCFA. Le taux de décaissement global du secteur a été de 56%.

Il s’agira, selon elle, pour les administrateurs d’examiner durant cet atelier les rapports sur la mise en œuvre du budget-programme, des projets et programmes et les indicateurs du CREDD et ceux des ODD des deux départements respectifs, afin de produire un document consensuel faisant ressortir toutes les avancées constatées dans les secteurs mines et énergie. En même temps, ils devront identifier les difficultés de mise en œuvre des politiques et stratégies de développement des deux secteurs et de proposer des solutions pour pallier les insuffisances relevées.

La ministre a indiqué qu’au cours de l’année 2018, les principales réalisations dans le secteur des mines ont porté sur la production aurifère, la recherche sur d’autres minerais et sur le pétrole. Dans le domaine de la production, le Mali a enregistré une production d’Or de 66,894 tonnes (dont 6 tonnes pour l’orpaillage) contre 56,621 tonnes en 2017. Dans le domaine de la recherche, au cours de l’année 2018, 141 autorisations d’exploitation ont été octroyées, 87 permis de recherche attribués dont : 4 pour la bauxite, 2 pour le fer, 7 pour le lithium et 2 pour l’uranium.

En ce qui concerne la recherche sur le pétrole, selon elle, plus de 70 échantillons prélevés ont été analysés. Pour la ministre les indices relevés sont fortement prometteurs. En termes d’apport à l’économie, le sous-secteur de l’Or a contribué à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB) à hauteur de 7,60% en 2018 contre 6,61% en 2017.

La ministre des mines et du pétrole a précisé que le programme d’investissement se poursuit à travers notamment le PDIO et le programme Présidentiel d’Urgence Sociale. en ajoutant qu’à l’horizon 2023, à la suite de la mise en œuvre de nombreux projets majeurs, le taux d’électrification sera amené entre 60 à 65% contre actuellement 42%. Ces projets majeurs sont : le projet hydroélectrique de Kénié de 42 MW avec la Société Kénié Energie Renouvelable-Sa, le projet de central solaire de 33 MWc à Pélengana dans la région de Ségou avec la société Ségou Solaire-Sa, le projet de la centrale solaire de 50 MWc à Kita avec la société Akuo Énergie. Le projet de construction d’un centre national de conduite (CNC) et du dédoublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de SOTUBA II (6 mégawatt additionnel). Et le projet de raccordement des unités industrielles et minières au réseau électrique national pour un coût prévisionnel de 80 milliards de FCFA.

En terme de perspective, plusieurs actions devraient se concrétisées à partir de 2019 dans les sous-secteurs mines-énergie qui contribueront à améliorer sensiblement la production et la productivité et les impacts sur les conditions de vie des populations. Il s’agit entre autres : du développement de l’entreprenariat national dans le domaine minier, de l’opérationnalisation des plans de développement communautaires dans toutes les zones d’exploitation minière, de la poursuite du vaste programme d’organisation de l’orpaillage, du renforcement de certains centrales actuellement en exploitation par des champs solaires, de la poursuite du programme de branchements sociaux, du démarrage de la mise en œuvre de 3 projets majeurs de centrale solaire qui ont été acceptés par Exim Bank Inde, à savoir : le projet village durable par le biais de l’irrigation photovoltaïque et des technologies d’énergie renouvelables sur 2500 ha pour un montant de 11,7 milliards de FCFA et le projet de centrale solaire photovoltaïque de 2MWc à Mopti pour un montant de 3milliards de FCFA.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de