• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Renforcement des relations entre la presse et la sécurité : Le Mali vient de se doter d’une Commission tripartite

    mercredi 11 juillet 2018 , par Assane Koné

    Pour le renforcement des relations entre la presse malienne et les éléments des forces de défense et de sécurité, surtout en cette veille de l’élection présidentielle, une Commission tripartite composée du ministère de l’économie numérique et de la communication, du ministère de la sécurité et de la protection civile et des faitières des organisations et associations de la presse (URTEL et ASSEP), a été mise en place. L’information a été donnée par Amadou Mahamane Sangho, chargée de la communication au ministère de la sécurité et de la protection civile, président de la Commission tripartite. C’était lors d’une conférence de presse, le 11 juillet 2018, à la Maison de la presse.

    Pour animer cette conférence de presse, Amadou Mahamane Sangho, chargée de la communication au ministère de la sécurité et de la protection civile, avait à ses côtés Dramane Aliou Koné, Président de la Maison de la presse, Bally Idrissa Sissoko du ministère de l’économie numérique et de la communication, Bassidiki Touré de l’ASSEP, Oumar Baba Traoré de l’AJSM et Yalcoué du Mouvement de la protection des journalistes.

    « L’objectif est de porter à la connaissance des uns et des autres, le contexte dans lequel cette commission a été mise en place, son organisation, son plan d’action, son fonctionnement et son instance », a indiqué Amadou Mahamane Sangho, chargée de la communication au ministère de la sécurité et de la protection civile.

    Dramane Aliou Koné, Président de la Maison de presse, s’est réjouit de la mise en place de la Commission et a félicité les membres et les deux ministères, pour le travail déjà abattu. Pour sa part, Bally Idrissa Sissoko, représentant du ministère de l’économie numérique et de la communication, a remercié les initiateurs et félicité les membres qui ont su s’adapter à l’urgence et les reporters qui ont accepté de s’engager dans cette initiative.

    « En raison de la spécificité de leurs missions, et au regard du devoir de sécurisation et d’information qui leur incombe, les forces de sécurités et les hommes de médias ont très souvent vu leurs destins se croisés. L’environnement professionnel qu’ils sont amenés à partager, à l’occasion de la couverture d’évènement, montre à suffisance, combien il importe que ces deux composantes travaillent en parfaite symbiose », a déclaré Amadou Mahamane Sangho. Selon lui, cela justifie la mise place de la présence commission tripartite.

    Il a précisé que cette initiative est hautement partagée par le ministère de l’économie numérique et de la communication et le Ministère de la sécurité et de la protection civile. « Avoir les meilleurs rapports qui soient entre forces de sécurité et les hommes de médias, tel est le credo affiché auquel les parties concernées ont librement consenti », a-t-il indiqué.

    M. Sangho a rappelé que la relation entre les médias et les forces de sécurité, a toujours été sensible. Il a indiqué que dans le contexte malien, cette relation est caractérisée par des conflits fréquents qui résultent d’une incapacité assez étonnante des deux parties qui refusent de comprendre le rôle de l’autre dans un contexte de gouvernance démocratique. « Pour se faire, il faudra avant tout assurer une compréhension commune et partagée du rôle et responsabilité de chaque acteur », a-t-il ajouté. Il a tout de même reconnu que sans la presse c’est impossible de donner des informations fiables. Avant d’insister sur le fait que les médias et les forces de sécurités soient incontournables pour construire la paix et assurer la sécurité dans un pays et surtout en période électrode.

    Que faire pour concilier ces deux positions

    Pour répondre à cette question, il dira que pour leur part, afin de promouvoir et de créer une culture d’élection pacifique, il est essentiel d’initier les mécanismes de confiance et des processus journalistiques professionnels pour animer le dialogue entre les deux entités. « Créer un espace de dialogue entre les autorités publiques, les médias et les forces de sécurité afin que le rôle de chacun soit méconnu », semble aujourd’hui être la priorité des autorités.

    Le Président a ensuite fait une communication sur le fonctionnement de la Commission. Il a indiqué qu’elle se réunit une fois par semaine et, exceptionnellement, peut être convoquée en tout temps suivant l’urgence et la pertinence du sujet à débattre. Il a jouté que la présidence de la commission tripartite est tournante et le secrétariat de séance est tenu par l’entité qui reçoit. Cette commission selon son président a une seule instance. « L’Assemblée générale demeure la tribune habilitée pour le partage de l’information et l’adoption de nouvelles orientations », a-t-il déclaré.

    Le conférencier, a fait savoir que dans son plan d’action, la commission a suggéré quelques propositions notamment, la confection de gilets très distinctifs qui seront remis aux journalistes pour éviter toutes confusions lors des manifestations. Un exemplaire de ce gilet a été présenté lors de cette rencontre. Les logos des trois entités, la Maison de la presse, le gouvernement à travers le MSCP et MENC et le logo du Centre de communication du ministère de la sécurité, sont imprimés sur le gilet, afin de le différencier des gilets ordinaires.

    Mieux, chaque gilet fera apparaître sans confusion possible le numéro d’identification du journaliste, qui sera le même sur sa carte de presse nationale. Et, tous les organes de presse ont été invités à déposer au niveau de la Maison de la Presse, la liste de ses journalistes reporters et stagiaires.

    Selon Amadou Mahamane Sangho, ce sont environ 2 milles gilets qui seront confectionnés pour les journalistes sur toute l’étendue du territoire du Mali.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce