Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Réconciliation Mamadou Sinsi Coulibaly/Nouhoum Tapily : que s’est-t-il en réalité passé ?

vendredi 3 mai 2019

La désapprobation populaire sur les réseaux sociaux d’une réconciliation intervenue entre Mamadou Sinsi Coulibaly et Nouhoun Tapily , est la preuve que de nombreux maliens, sans le dire s’étaient engagés du côté du Patron des patrons maliens dans sa croisade contre la corruption. Mais, la virulence de certains propos devrait pousser Mamadou Sinsi Coulibaly à donner des explications. D’ailleurs, une conférence de presse est annoncée à cet effet. Mais, en attend, il nous revient que les deux protagonistes ne ce sont pas rencontrés et ne ce sont pas parlés. Quid de cette réconciliation alors ?

Nous constatons que s’il y a réconciliation, elle est de façade. Parce que nous doutons sincèrement qu’à ce stade du combat, Mamadou Sinsi Coulibaly veuille reculer de la sorte. Et, vu l’ampleur des dégâts provoqués par les propos de Mamadou Sinsi Coulibaly, nous ne croyons pas que Nouhoun Tapily veuille aussi facilement retirer sa plainte.

Qu’à cela ne tienne, Nouhoun Tapily, devant une délégation du Recotrade, a pris l’engagement de retirer sa plainte contre Mamadou Sinsi Coulibaly qu’il accusait d’outrage à magistrat, au moment où, il lui suffisait seulement de l’envoyer devant le juge dans un procès en diffamation pour se blanchir des graves accusations. Bon, il a préféré le terrain de l’outrage à magistrat, dans le cas d’espèce qui pourrait être appréhendé comme une procédure qui visait à noyer le poisson dans l’eau.

Mais, aujourd’hui, l’on peut se demander : qui avait intérêt à cette réconciliation ? La réponse à cette question pourrait nous aider à comprendre la main qui a mis en mouvement le Recotrade. Pour la simple raison que nous doutons énormément que cette stratégie de passer par la technique de la réconciliation, soit une initiative propre du Recotrade. La forte médiation du processus laisse planer des doutes évidents.

A l’analyse, la réconciliation arrange mieux Nouhoun Tapily, qui à notre sens a été un peu mal inspiré en portant plainte contre Mamadou Sinsi Coulibaly, surtout en visant l’infraction d’outrage à magistrat, qui semble trop évidente dans le cas d’espèce, sans sous estimer la prouesse des avocats du Patron des Patrons maliens. Donc, il se pourrait que Nouhoun Tapily ait pu actionner des réseaux pour mettre le Recotrade à contribution pour faire passer la vague, sans trop de dégâts.

Il se pourrait aussi que cela soit le fait des grands « sécurocrates » de l’Etat du Mali, pour la simple raison que la grande mobilisation de la population pour empêcher l’accès du Tribunal de la Commune IV au Président du Conseil national du patronat du Mali, le jour de son procès, ne présageait rien de bon. Et, dans ce climat délétère du pays, aggravé par la chaleur et les coupures intempestives de l’électricité et le mois de Ramadan qui s’annonce, le risque était trop grand de vouloir au nom de l’autorité de l’Etat faire juger à tous les prix Mamadou Sinsi Coulibaly.

Donc, cette réconciliation du Recotrade que bon nombre de nos concitoyens dénoncent aujourd’hui, peut être perçue comme une bouée de sauvetage de l’Etat, de Nouhoun Tapily et même de Mamadou Sinsi Coulibaly, qui pourrait organiser sa lutte autrement sans tomber dans le travers des attaques frontales.

Selon nos informations, une forte délégation du Recotrade conduite par son Président et une forte équipe de journalistes qui ne comptaient pas moins de 3 stations de télévision, après avoir convaincu Nouhoun Tapily qui a accepté de retirer sa plainte, a débarqué chez Mamadou Sinsi Coulibaly qui a tout juste eu le temps d’appeler quelques membres de son bureau du CNPM, de la plateforme et de la coordination de ses soutiens dans sa croisade contre la corruption au Mali.

Après avoir religieusement écoutés les responsables du Recotrade, Mamadou Sinsi Coulibaly n’a pipé mot. C’est plutôt Seydou Coulibaly, le 1er vice président du Conseil National du Patronat qui a pris la parole, pour dire que le Président Coulibaly n’a pas a parlé et que c’est à eux membres du bureau du CNPM de prendre la décision qui sied. Appuyé en cela par Moussa Alassane Diallo, 2ème vice président du bureau du CNPM, les deux responsables ont donné quitus au Recotrade, en acquiescent et saluant leur démarche de réconciliation qui contribue à mettre le pays à l’abri d’une autre crise, en ces moments difficiles. Voici raconté l’histoire de cette réconciliation qui a fait couler beaucoup d’encre et de salives.

Mais, Mamadou Sinsi Coulibaly a-t-il dit son dernier ?

Nous pensons modeste que de nombreux maliens sont vite allés en besogne. Certains ont même mis leur charrue avant les bœufs, au moment où d’autres ont commencé à danser avant que les musiciens n’embouchent leurs trompettes et ne fassent crépiter les tambours.

Il nous revient que par respect à la délégation du Recotrade Mamadou Sinsi Coulibaly ne pouvait pas contredire ces camarades du CNPM. Et, cette forme de réconciliation a été acceptée. Des détails seront donnés dans la conférence de presse qui sera animée par la Plate forme et la coordination des soutiens de Mamadou Sinsi Coulibaly. Mais, il n’y a aucun doute, il sera dit à cette conférence de presse que « la lutte continue jusqu’à pousser les corrompus maliens dans leur dernier retranchement ».

« Etant donné que c’est Nouhoun Tapily qui avait actionné la justice, s’il décide de retirer sa plainte c’est son affaire. Tout compte fait, nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin pour faire aboutir notre objectif de mettre notre pays à l’abri de cette corruption à ciel ouvert », semble être le leitmotiv des soutiens de Mamadou Sinsi Coulibaly.

Il nous revient que la liste des 20 maliens les plus corrompus qui tuent le pays à petit feu sera publiée. Mais, pas avant que le CNPM n’invite tous ses membres à se mettre en règle face à l’Etat du Mali et à faire les affaires dans les règles de l’art.

Donc, Nouhoun Tapily a décidé de retirer sa plainte contre Mamadou Sinsi Coulibaly, mais la lutte contre la corruption va continuer, mais si le Patron des Patrons ne va plus nommément s’en prendre au Président de la Cour suprême.

Et, pour la sérénité de la bonne administration de la justice, nous croyons que Nouhoun Tapily doit tirer toutes les conséquences des propos de Mamadou Sinsi Coulibaly et faire ce qui doit être fait en pareilles circonstances : Démissionner tout simplement.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.