Version imprimable de cet article Version imprimable | |

RETRAIT « STRATEGIQUE » DE L’ARMEE DE CERTAINES LOCALITES : Les populations « désemparées »

lundi 18 novembre 2019

Les forces armées maliennes ont quitté leurs positions à Andéraboukane et Labbezanga pour se replier respectivement à Ménaka et Ansongo la semaine dernière. Ce repli qui serait « stratégique » selon la hiérarchie militaire, fait suite à l’attaque meurtrière contre l’armée à Indélimane le 1er novembre dernier. Cependant, certains observateurs estiment que ce retrait montre « la gravité et l’ampleur de la menace terroriste ».

Pour le chef d’état-major général des Armées, ce retrait est une stratégie militaire « bien mûrie » qui consiste à reconsidérer la posture opérationnelle des FAMA sur le terrain. Selon le Général de Division Abdoulaye Coulibaly, les unités isolées vont être regroupées en des points d’appui et centres de résistance. C’est ainsi que les postes d’Anderaboukane et d’Indelimane ont replié sur Ménaka et ce week-end celui de Labbezanga sur Ansongo.

Le chef d’Etat-major explique que ce choix opérationnel s’inscrit dans l’exécution d’un nouveau concept d’opération qui vise à mieux adapter la stratégie à la menace des groupes terroristes et autres narco-trafiquants. Il précise que d’autres unités seront également concernées par cette décision dont le but principal est de renforcer la sécurité des populations.

Si ce repli est justifié selon la hiérarchie militaire, dans les localités où les FAMA se sont retirés, les populations sont inquiètes. Des habitants joints par la rédaction de Studio Tamani disent craindre pour leur sécurité. Par ailleurs, l’armée dit avoir intensifié les patrouilles dans la région de Mopti dans le centre du pays. Dans un communiqué publié le week-end dernier, elle a annoncé la destruction d’une base des terroristes à Kouna, localité située près de Boulkessy.

Cependant l’insécurité persiste toujours dans cette partie du pays. Plus de 5 personnes ont été tuées le week-end dernier dans les Communes de Madougou et Djaloubé dans le cercle de Koro. Une école également a été incendiée dans le village de Degueberé, dans le cercle de Bandjagara par des présumés terroristes.

Pour certains observateurs ce repli « stratégique » des militaires maliens des positions avancées pourrait être perçu par les groupes terroristes comme une victoire. Toutefois ces analystes estiment que cette réorganisation des forces armées maliennes permettrait de mieux protéger les populations.

Studio Tamani

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.