Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Protection des enfants : un manuel d’inculturation en langue Bamanankan arrive

mardi 18 juin 2019

Après l’atelier de validation d’un document sur les concepts et expressions de droit de l’enfant, transcrits en langue Nationale, dans le cadre de la mise en œuvre de son programme intitulé : « Promotion d’initiatives citoyennes de développement durable et inculturation des droits de l’enfant dans 86 villages du milieu rural des régions de Koulikoro, Ségou et Mopti, avec une attention particulière pour les filles », l’ONG GRADEM a organisé du 13 au 14 juin 2019, une rencontre à Ségou dans la commune de Sébougou pour l’enrichissement du document d’inculturation (Concepts et expressions) des droits de l’enfant en langue Bamanankan qui sera bientôt diffusé.

La rencontre s’est déroulée en présence de Antoine Akplogan, directeur exécutif du groupe de recherche action droit de l’enfant (GRADEM), de Mme Haïdara Bernadette Keïta de la direction régionale de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (DRPFEF), de Gosia Dembélé, DCAP de Ségou, du représentant du maire de Sébougou. Aussi, l’on a pu noter la présence des membres de 15 coopératives de la commune de Sébougou.

Il s’agissait lors de cette rencontre de se rassurer de la convenance des transcriptions du français en langue Bamanankan. Les participants étaient soumis à deux épreuves comme emploi des proverbes retenus dans le document sur les droits de l’enfant dans son contexte approprié, ainsi que l’illustration de ces proverbes par des images.

Pour l’occasion, les personnes ressources participantes à cette rencontre étaient les communicateurs traditionnels dont le représentant du RECOTRADE, les experts en alphabétisation, les membres de vingt villages de la société coopérative fonctionnelle dans la commune de Sébougou appuyés par le GRADEM. Au moins une trentaine de participants était représentée pour apporter leur savoir afin de contribuer à l’enrichissement du document pour la phase finale.

« Bi kùlùnsenibqkq don dùnminùgùkama » ce qui signifie littéralement on creuse un puit aujourd’hui pour pouvoir étancher sa soif demain’’. Mme Haïdara Bernadette Keïta a estimé que ce document des droits de l’enfant transcrit du français facile en 3 langues nationales qui sont : Bamanakan, Donosso, et Bomu servira comme un document de base pour enrichir nos langues dans les années à venir.

« Ce document ne sera pas exploité dans l’immédiat, mais qui pourra servir d’outil didactique dans le cadre de la promotion et la protection des droits de l’enfant au Mali, plus tard dans l’avenir », a-t-elle indiqué.

En effet, selon elle nos droits ou conventions ratifiés par l’Etat, sont écrits en d’autres langues. Ce qui fait que la sensibilisation de la population devient compliquée. Et, souvent sont considérés comme une transgression de nos valeurs traditionnelles par certains, ignorant leur sens ou souvent très mal interprétés. Pour cela, elle a encouragé les participants à jouer pleinement leur partition pour l’enrichissement d’un tel document concernant surtout la promotion des droits de l’enfant.

De son coté, le DCAP de Ségou dira que, certes le GRADEM est l’initiateur du manuel, mais il sera le produit de l’ensemble des acteurs qui ont pris part à l’élaboration. A cet effet, il sera l’image et même l’identité de notre pays. Pour cela, il a exhorté les participants à plus d’assiduité.

Quant au Directeur Exécutif de GRADEM, il a d’abord salué les quinze villages participants pour leur mobilisation et l’intérêt qu’ils accordent à cet atelier. Avant d’indiquer qu’après plusieurs ateliers, ce manuel est dans sa phase finale. Il ajouté que l’objectif général du projet consiste au maintien des enfants à l’école et à freiner l’exode rural précoce des filles. Il a annoncé la parution très prochaine d’un manuel transcrit et enrichi qui sera disponible grâce à une participation de qualité.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de