Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Protection civile : Le syndicat dénonce une mutation arbitraire de Karim Guilavogui et de ses camarades

lundi 9 septembre 2019

Le mercredi 3 septembre 2019, Karim Guilavogui, secrétaire général de la 3ème section syndicale de la protection civile, affiliée à la centrale démocratique des travailleurs du Mali et Oumar Traoré, secrétaire administratif de la (CDTM), ont animé une conférence de presse lors de laquelle ils ont dénoncé des pressions et des mutations arbitraires au niveau de la direction générale dans le seul but de les empêcher de mener à bien leur mission syndicale.

A l’entame de ses propos, Oumar Traoré dira que cette situation est en rapport avec la création de la nouvelle section syndicale de la protection civile affiliée à la centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM) qui a vu le jour le 16 août 2019. Selon lui, Après la validation du bureau de ce nouveau syndicat, à leur grande surprise, ils ont vu une décision de mutation signée le 19 août 2019. Cette décision de mutation concerne directement Karim Guilavogui, secrétaire général et ses camardes du nouveau syndicat affilié à la CDTM.

A cet effet, la secrétaire générale de la CDTM a dépêché une mission auprès du ministère en charge de la sécurité. Au même moment, des correspondances ont été adressées au directeur général de la protection civile, au ministre du dialogue social pour information de la création de cette section syndicale et son affiliation à la CDTM. 

Par la suite, il a expliqué que la direction générale de la protection civile, pense que pour mettre en place une section syndicale, il faut attendre au moins deux mois, pendant lesquelles une démarche doit être menée au niveau de l’administration. Selon lui, la section syndicale n’a pas besoin de toutes ces démarches pour sa création. Si le nombre est atteint (11 ou plus), les travailleurs peuvent se regroupés en comité ou en section syndicale, ensuite informé l’administration et déposer les documents sous deux mois. Pour dire que cette section syndicale de la protection civile affiliée à la CDTM est dans le temps et elle est belle et bien légale et légitime.

Il a martelé que l’administration n’a pas à s’ interférer dans la création d’une section syndicale. Pour lui, la création d’un syndicat est libre. Pour cela, la centrale démocratique des travailleurs du Mali n’est pas d’accord avec les mutations arbitraires opérées par la direction générale de la protection civile.

Le secrétaire administratif Oumar Traoré dira que la CDTM prendra toutes les dispositions règlementaires pour pouvoir faire revenir ces camarades mutés à leur poste initial. « Elle va commencer à informer la hiérarchie, à défaut d’avoir gain de cause, elle a d’autres voies et moyens pour se faire entendre », a-t-il déclaré.

« C’est une stratégie de nous sanctionner d’avoir créé un autre syndicat, en connivence avec d’autres syndicalistes qui se trouvent à l’intérieur de la direction générale », a dénoncé Karim Guilavogui. Avant d’indiquer que ce sont des mutations arbitraires. Pour dire qu’il a été muté à Zégoua et les autres ont été tous éparpillés. Tout simplement parce que la direction générale ne veut pas d’un troisième syndicat.

Selon Karim Guilavogui, cette section syndicale a été créée dans le souci d’améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires de la protection civile. Car ils ne se reconnaissent plus dans les deux syndicats qui sont aujourd’hui à leurs yeux assimilables tout simplement à l’administration, donc défend les intérêts de l’administration au détriment des fonctionnaires.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.