Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Primes et indemnités non payées : Les surveillants de prison annoncent une série de grève

lundi 23 avril 2018

« Les surveillant de prison attendent depuis plus d’un an ce que l’Etat à travers une loi leur a promis ». La déclaration a été faite par Abdoulaye Fofana, secrétaire général du bureau exécutif de la section syndicale des surveillants de prison. Une grève est annoncée du mercredi 2 mai au vendredi 4 mai 2018, si à la date du 1er mai 2018, les primes et indemnités ne sont pas versées aux surveillants de prison conformément à la loi n0 031/2016 du 07 juillet 2016 relative au statut des fonctionnaires du cadre de la surveillance des services pénitentiaires et de l’éducation surveillée.

« Depuis l’adoption de ce statut, on n’est sans primes et sans indemnités. On avait envoyé une proposition des primes et des indemnités à allouer aux fonctionnaires du cadre de la surveillance des services pénitentiaires et de l’éducation surveillée au ministère de l’économie et des finances, mais ce département a rejeté pratiquement l’ensemble de nos propositions », a déclaré Abdoulaye Fofana, secrétaire général du bureau exécutif de la section syndicale des surveillants de prison.

Aux dires du secrétaire général, ils ont adressé une série de correspondances au ministère de l’économie et des finances, au ministère de la justice, au ministère de la fonction publique et au Président de l’Assemblée nationale, mais qui sont restées sans suite. Il a indiqué que, bien avant une commission avait été mise en place pour suivre l’application de certains textes en relation avec les primes et les indemnités. « On veut nos primes et nos indemnités conformément aux autres forces de sécurités du Mali, car nous exerçons tous une mission sécuritaire », a-t-il martelé.

Au regard de la misère qui frappe l’ensemble des surveillants de prison du Mali, de l’ostracisme dont ils font objets, le bureau exécutif de la section syndicale des surveillants de prison exige avant le mardi 1er mai 2018, l’allocation des primes et indemnités aux surveillants de prison conformément à la loi n0 031/2016 du 07 juillet 2016 relative au statut des fonctionnaires du cadre de la surveillance des services pénitentiaires et de l’éducation surveillée. « Passé ce délai une grève de soixante-douze heures sera déclenchée sur toute l’étendue du territoire, à compter du mercredi 2 mai 2018 à 00h au vendredi 4 mai 2018 à 00heure », indique le préavis de grève. Avant d’ajouter que le travail reprendra le samedi 5 mai 2018 à 00 h une minute.

Si au terme de cette grève aucune évolution notable n’est annoncée, le bureau exécutif se réserve le droit de renouveler le mouvement de grève pendant 72 heures, allant du mardi 22 mai 2018 au jeudi 24 mai 2018. Aussi il a indiqué que le travail reprendra le vendredi 25 mai 2018 à 00 heure une minute.

En cas de non satisfaction de cette deuxième grève, le bureau exécutif de la section syndicale des surveillants de prison se réserve encore le droit d’observer une grève de 96 heures allant du lundi 4 juin 2018 à 00 heure au jeudi 7 juin 2018 à 00 heure, le travail reprendra le vendredi 8 juin 2018 à 00 heure une minute.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques