| |

Présidence de la CAFO : Des leaders d’Associations et ONGs Féminines contexte Mme Ouleymatou Sow

lundi 22 février 2021

La Coordination des Associations et ONGs Féminines du Mali (CAFO) va-t-elle mourir de sa belle mort ? Depuis bientôt deux ans, l’une des structures les plus dynamiques de la société civile est entrain d’agoniser. Traversée par une crise de gouvernance et de leadership, la CAFO devient de plus en plus l’ombre d’elle-même. Sauf qu’un groupe de femmes fortes de leur légitimité refusent cet état de fait. Et le 22 février 2021, elles ont donné le ton de la mobilisation générale des femmes du Mali, afin que cesse, ce qu’elles ont décidé d’appeler « la prise otage de la CAFO ».

« Les femmes de la CAFO des 6 communes du District de Bamako se mobilisent et disent non à Mme Dembélé Ouleymatou Sow », « Les femmes de la CAFO disent non, non, non et non à Mme Ouleymatou Sow comme Présidente de la CAFO », « La CAFO est un acquis des femmes maliennes, nous allons la sauvegarder » ; « la CAFO est un acquis des femmes maliennes » ; « Les femmes de la CAFO ne reconnaissent pas Mme Dembélé Ouleymatou Sow comme Présidente de la CAFO » ; « Ouley , la CAFO ne s’achète pas. Dégage » ; « Ouley=Bagarre. On ne veut pas de toi à la CAFO ». Ce sont-là autant de slogans clairs que l’on pouvait lire ce matin 22 février 2021, sur les banderoles portées par des femmes au Gouvernorat de District de Bamako.

« Nous avons décidé de donner de la voix face à cette situation inique et injuste qui ne peut plus continuer. Nous dénonçons la prise en otage de la CAFO par un groupuscule de femmes dirigé par Ouleymatou Sow , contre la volonté de la grande majorité des femmes maliennes », a indiqué Mme Barry Aminata Touré, qui bénéficie du soutien de la grande majorité des femmes maliennes pour diriger la CAFO.

Et, pour montrer leur mécontentement et attirer l’attention des autorités maliennes sur cette crise de la CAFO qui ne peut plus continuer, selon Mme Barry, les femmes de la CAFO, à travers le pays, ont décidé de manifester dans toutes les capitales régionales par un meeting au niveau des Gouvernorats.

En attendant, les informations des manifestations des autres régions du pays, nous sommes à mesure de vous dire qu’à Bamako et Koulikoro, les femmes de la CAFO se sont mobilisées au niveau de leur Gouvernorat, pour dénoncer haut et fort, l’illégitimité de Ouleymatou Sow à la tête de la CAFO.

A Bamako, elles étaient environ deux cents à prendre d’assaut la cour du Gouvernorat le 22 février 2021, dès les premières heures de la matinée. « A cause de la COVID-19, nous n’avons pas voulu que toutes les femmes de la CAFO au niveau des 6 Communes de Bamako viennent. Nous avons tout juste mobiliser des déléguées au niveau de chaque commune afin de venir parler au nom de toutes les femmes de Bamako, aux autorités maliennes, à travers le Gouverneur du District. En principe de façon simultanée, la même manifestation devait se tenir dans toutes las capitales régionales », nous a indiqué Mme Barry Aminata Touré.

Sans bruits, ni trompettes, dans une discipline à saluer, les femmes de la CAFO venues des 6 communes du District de Bamako, se sont alignées dans la cour du Gouvernorat du District de Bamako, et elles ont déployé leurs banderoles. Et, trois d’entre elles, ont été désignées pour aller rencontrer les autorités du District dans leurs bureaux.

Reçue par Yaya Waïgalo, Conseiller administratif, économique et financier du Gouverneur de Bamako, la délégation a clairement dit aux autorités que « les femmes de la CAFO des 6 communes du District de Bamako se mobilisent et disent non à Mme Dembélé Ouleymatou Sow comme présidente de la CAFO ». Elles sont revenues sur la genèse du conflit, avant de soutenir qu’elles mettront tout en œuvre pour sauvegarder la CAFO qu’elles considèrent comme un acquis des femmes maliennes. Pour cela, elles disent que sans légitimité, Ouleymatou Sow ne doit pas s’imposer à toutes les femmes du Mali.

Lorsque cette délégation rencontrait les autorités du District, les femmes leaders restées dans la cour, accordaient des interviews aux journalistes. Et, il ressort de leurs propos, qu’elles sont déterminées à se battre pour que la majorité triomphe dans la gouvernance de la CAFO, qui ne saurait être l’affaire d’un groupuscule de femmes.

Pour libérer les femmes, au nom du Gouverneur du District de Bamako Yaya Waïgalo a pris l’engagement et a dit que tout sera mis en œuvre pour le triomphe de la loi et des textes.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav