Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Paix et réconciliation : les acteurs de 9 communes de l’intercommunalité de Hérémakono se concertent

mardi 2 octobre 2018

Le ministère de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale, avec l’appui technique et financier du projet allemand GIZ/PASP (projet d’appui à la stabilisation et à la paix) et en collaboration avec l’ONG KISSILI KIBARU, porteur du projet, a organisé le jeudi 13 septembre 2018 une rencontre intercommunautaire réunissant 9 communes de l’intercommunalité de Hérémakono dans le Cercle de Kita : Gadougou I, Gadougou II, Kokofata, Bougaribaya, Kobri, Niantaso, Koulou, Tambaga et Kroukoto.

Cette rencontre du 13 au 16 septembre 2018, signifiant sel et pierre dans le dialecte local, (70 (Km de Kita) s’est déroulée à Kokofata. Elle avait comme objectif d’informer et associer pleinement les différentes composantes de la population (société civile, associations des jeunes, associations des femmes, partis politiques, légitimités coutumières et religieuses) au processus de stabilisation et de cohésion sociale, rétablir la confiance entre les pouvoirs publics et les populations dans le cadre du renforcement de leurs capacités dans la construction de la paix et de la cohésion sociale, permettre la relance du processus de développement économique, gage de la stabilisation et de la paix.

Noumadi Kanté, représentant du ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale, a émis le vœu qu’à la fin de cette importante et historique rencontre, les participants identifieront et trouveront à travers leurs recommandations des ébauches de solution aux problèmes qui constituent des obstacles au vivre ensemble dans nos communautés.

Dores et déjà, il a attiré leur attention sur quelques-uns d’entre ces problèmes à savoir : les difficultés de cohabitation entre éleveurs et agriculteurs, le problème de coupe de bois de charbon dans un contexte de sécheresse accrue et de changement climatique avec leur corollaire de désastre sur l’écologie, les feux de brousse entre autres.

Terminant son intervention il a salué, la collaboration de la République d’Allemagne à travers le projet GIZ/PASP, tout en rappelant que ce pays a été le premier à reconnaître la souveraineté nationale et internationale du Mali.

Il faut noter que les rencontres inter-communautaires au Mali s’inscrivent dans la logique du dialogue inclusif, de participation citoyenne pour l’atteinte des solutions concertées au profit de l’ensemble des composantes sociales de la population malienne.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de