Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Opérationnalisation de la Force Conjointe G5 Sahel au Mali : A la recherche de 50 millions d’euro

jeudi 8 juin 2017

Les Chefs d’Etat major des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger) et les experts de l’Union européenne ont tenu une réunion extraordinaire. La cérémonie d’ouverture des travaux s’est déroulée le 3 juin 2017 à l’Ecole de Maintien de Paix, Alioune Blondin Bèye. Fait marquant : l’absence du Tchad.

Les experts et les chefs d’état-major et les éléments des structures de commandement des forces de défense, ont échangé le samedi 3 juin 2017 sur le projet de financement de déploiement et le fonctionnement de la Force conjointe du G5 Sahel.

En effet, les Chefs d’Etat des pays du G5 Sahel ont annoncé le novembre 2016 la volonté de mutualiser leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière dans le cadre d’une force conjointe. Et depuis le comité de défense et de sécurité du G5 sahel tient de nombreuses réunions ordinaires et extraordinaires des Cema/Cmga.

A l’entame de son allocution, le Général Didier Dacko, Chef d’Etat major général des Forces armées maliennes et président du comité de défense et de sécurité du G5 Sahel, a déploré l’absence de la délégation Tchadienne à cette réunion, selon lui, pour des raisons indépendantes de leur volonté.

Cette réunion extraordinaire des chefs d’état-major des pays du G5-Sahel s’inscrivait dans le cadre de la validation des domaines d’assistance ayant été identifiés. « Le Conseil des ministres des pays du G5-Sahel se propose de demander auprès de l’Union européenne de soutenir financièrement le déploiement et le fonctionnement de la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5S) », a déclaré le Général Didier Dacko.

Ensuite, il a précisé que ce soutien portant sur un montant total de 50 millions d’euros, pourrait aussi concerner des domaines spécifiques d’assistance.

Pendant cette journée, les participants ont, avec l’assistance des experts de l’Union européenne, examiné le contour de cette assistance de l’UE, son adéquation avec les besoins réels dans le cadre de l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5-Sahel.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en