Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Nord Mali : La CMA opposée à la paix

lundi 16 janvier 2017

Que veut la CMA ? Qui soutient cette pieuvre ? Les jours pairs, la CMA est pour la paix et les jours impairs, elle pose des actes qui éloignent le Mali de la paix. Comment comprendre ses dernières déclarations. N’est pas une tentative désespérée de donner de la voix au moment où le Mali s’est repositionné sur la scène internationale par la réussite, sans précédent et malgré l’insécurité provoquée par la CMA aujourd’hui et hier le MNLA, de l’organisation du 27ème sommet Afrique-France ? Si la communauté internationale ne tape pas du point sur la table, la CMA est dans une démarche de mettre à l’eau l’effort fourni depuis des mois pour stabiliser le nord du Mali à coup de milliards qui pourraient aider au développement du Mali et d’autres régions du monde. Il faut dire à la CMA « basta, trop c’est trop ». Lisez le communiqué N°002/2017, du machin qui se donne l’allure d’un gouvernement à la tête d’une portion du territoire de la République du Mali, qu’il s’égosille à appeler « Azawad ».

La CMA informe l’opinion nationale et internationale qu’elle a tenu, ce jour 12 janvier 2017 à Kidal, un meeting sous la direction du Président en Exercice, Son Excellence Alghabass AG INTALLA, assisté des autres secrétaires généraux, avec pour thème : Information sur l’état de la mise en œuvre de l’accord et la nouvelle dynamique de la CMA.

Il ressort de l’exposé sur l’état de la mise en œuvre de l’Accord que dix huit mois après sa signature, l’accord issu du processus d’Alger peine à démarrer.

Quelques actions posées par la Partie gouvernementale l’ont été de façon unilatérale et en contradiction avec l’esprit et la lettre de l’Accord. Il s’agit entre autres de :

1. La relecture du code des collectivités territoriales,
2. La mise en place de la commission de révision constitutionnelle,
3. La mise en place de la Commission Vérité, Justice et réconciliation (CVJR) et sa tutelle actuelle mettant en cause son indépendance,
4. Le recrutement des agents des antennes régionales de la CVJR,
5. La mise en place des Agences de Développement Régionales,
6. La signature des contrats plans entre le gouvernement et des acteurs fictifs au nom des autorités Régionales,
7. La fixation des dates et la tenue d’élections communales dans les régions où est prévue la mise en place des autorités intérimaires
8. Le non respect de la clé de répartition pour la désignation des membres des autorités intérimaires,
9. La Désignation des responsables des antennes régionales du DDR
10. La violation flagrante de tous les engagements pris pour la mise en place des patrouilles mixtes de Gao sème une confusion totale qui les rend inopérantes,
11. La Fixation de la date de la conférence d’entente nationale qui est censée couronner un processus de paix qui n’a même pas démarré et la nomination de son Président,
12. L’entente signée le 19 juin 2016 pour la mise en place des autorités intérimaires,
13. Les décrets N° 0894 et 895/PRM du 31 déc 2015 Portant respectivement Création, Organisation et Modalités de Fonctionnement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) au Mali et Création, Organisation et Modalités de Fonctionnement de la Commission d’intégration, violés par les décrets du 02 déc 2016 portant nominations des membres des mêmes commissions.

Quant à la nouvelle dynamique de la CMA, elle s’articule autour de sa restructuration par la mise en place des commissions politique, sécuritaire, économique et administrative pour répondre d’une manière efficace aux besoins des populations.

Les différentes commissions ont été constituées et installées dans leurs locaux.

Les Coordinations Régionales seront constituées et installées selon un chronogramme établi.
La CMA, dans le souci d’améliorer le niveau de vie des populations qu’elle administre, lance un appel pressant aux partenaires techniques et financiers pour la réhabilitation et le fonctionnement des services sociaux de bases et infrastructures administratives.

D’autres part, la CMA appelle tous les Azawadiens à conjuguer leurs efforts pour relever le défi d’un retour digne des populations réfugiées et déplacées.

Kidal, le 13 janvier 2017.
Ilad AG MOHAMED
COMITÉ DIRECTEUR
— Cellule de Communication—

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de