Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Les Objectifs de Développement Durable : Cinq ans après quel bilan ?

samedi 26 septembre 2020

« Les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont un appel mondial à agir sur les défis mondiaux et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité de manière durable sans oublier le sort des générations futures ». La déclaration a été faite par Mme Barry Aminata Touré, Présidente de l’AMSBIFE, le 25 septembre 2020, lors de la célébration du 5ème anniversaire de l’Agenda 2030. Elle a invité les autorités à prendre des mesures urgentes pour lutter contre la pauvreté, les inégalités et les changements climatiques.

« Ce jour 25 septembre 2020, marque le 5ème anniversaire de l’adoption par l’Organisation des Nations Unies des 17 Objectifs de Développement Durable et de l’Agenda 2030 », a indiqué Mme Barry Aminata, Présidente de l’AMASBIFE.

Selon Mme Barry, le 25 septembre 2015, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté un programme de développement durable à l’horizon 2030. Intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 » est un cadre de développement mondial reposant sur 17 Objectifs de Développement Durable déclinés en 169 cibles et adoptés par 193 Gouvernements mondiaux, dont celui du Mali. « Contrairement aux OMD, le Programme 2030 s’applique à tous les pays riches ou pauvres, développés ou en développement, à toutes les personnes sans distinction et à la planète », a déclaré Mme Barry.

Mais, 5 années se sont déjà écoulées. Et, les Organisations de la société civile se posent des questions du genre : Est-ce que sommes-nous sur la bonne voie ? Les dirigeants mondiaux respectent-t-ils leurs promesses et engagements pour l’Agenda 2030 ?

Et, pour avoir un début de réponse à ces questions, un regroupement d’organisations de la société civile malienne a organisé une Assemblée des Peuples le 25 septembre 2020, afin d’évaluer la mise en œuvre des ODD. Ce sont : la Coalition Education Pour Tous, l’Alliance contre la Pauvreté au Mali, l’Association Malienne pour la Sauvegarde du Bien-être Familial, la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali, la Fédération Locale des Femmes handicapées du District de Bamako, l’Association des personnes vivants avec un handicap de la Commune de Dialakorodji, le Conseil National de la Société Civile, l’ONG internationale Water Aid, le Global Call to Action Against Poverty, Cowater, le Projet Voice….

« Bien que l’Agenda 2030 des Nations Unies offre des opportunités pour changer positivement le monde que nous voulons en ne laissant personne derrière, nous acteurs de la société civile nationale et internationale composée de femmes, d’hommes, de jeunes de toutes les catégories sociales, demeurons très préoccupés par le fait que le rythme des changements est encore trop lent, en même temps que les inégalités et la corruption à l’échelle globale augmentent », a déclaré Mme Barry Aminata Touré, en guise de constat de cette Assemblée des Peuples.

Cinq ans après la mise en œuvre des ODD, les Organisations de la société civile malienne ont estimé qu’ « en dépit des progrès remarquables, le monde reste confronté à de nombreux problèmes complexes de développement ». Selon Mme Barry, certains persistent (les privations), d’autres s’aggravent (les inégalités), d’autres encore surgissent (l’extrémisme violent). Pire, elle dira que certains sont mondiaux (les inégalités entre les hommes et les femmes), d’autres sont régionaux (les pénuries d’eau), d’autres encore sont locaux (les catastrophes naturelles, les conflits).

Mais, Mme Barry Aminata Touré est convaincue que la plupart des défis se renforcent mutuellement. Selon elle, les Changements climatiques compromettent la sécurité alimentaire, la couverture universelle à la santé ; tandis que l’urbanisation rapide marginalise les pauvres des villes. « Quelle que soit leur portée, ces défis ont une incidence négative sur le bien-être des populations », a-t-elle déclaré. Avant de dire qu’en ce qui concerne le Mali, les défis sont énormes. Selon le rapport de la revue du CREDD 2019, elle dira que les défis sont : l’incidence de la pauvreté, les inégalités entre les populations rurales et celles citadines, la création d’emplois, l’amélioration de la santé et du bien-être, l’insécurité au nord et au centre du pays ayant entrainé la fermeture d’écoles, l’accès à l’eau potable, la participation des femmes et des jeunes aux activités socioéconomiques, la sécurité alimentaire et nutritionnelle…

Au regard de tout cela, Mme Barry a estimé que « cette journée d’action mondiale du 25 septembre 2020 est une opportunité pour lancer un signal fort aux dirigeants sur l’impasse des ODD et qu’ils doivent montrer plus d’engagement pour l’atteinte des ODD et que personne ne soit laissée pour compte ».

Pour cela, elle a estimé que « la 75ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies est une opportunité pour les dirigeants mondiaux de s’engager à beaucoup plus de responsabilité sur l’Agenda 2020 ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav