Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Face à la flambée du prix du Gel à main et des caches nez : Où sont passés le Ministère du commerce et les Associations de Consommateurs maliens ?

mardi 24 mars 2020

Ils sont avides d’argent. Avec des comportements qui tranchent avec leurs préceptes religieux, ils peuvent être assimilés à des mécréants. N’est-t-il pas mécréant celui qui veut profiter de la souffrance de son prochain pour se mettre plein les poches ? Face à la crise du coronavirus. Même si par chance notre pays n’as pas encore enregistré de cas, des maliens ont décidé de profiter sans limite de la misère, de la peur et surtout de l’engagement citoyen de leurs compatriotes pour assouvir leur soif d’enrichissement illicite. Ils sont sans pitié. Ils ont pour dieu et pour religion « l’argent ». Toute honte bue, ils ont décidé de devenir exceptionnellement riche à la faveur de la crise du coronavirus.

Ailleurs sur la planète terre, pendant cette période des gens ont décidé de faire l’aumône et des entreprises ont décidé plus que jamais de s’installer dans des politiques de Responsabilité sociale de l’entreprise, pour soulager leurs compatriotes ou leurs clientèles. Au Mali, dans cet état nation, qui se vante d’un humanisme exceptionnel, des commerçants, des opérateurs économiques et même des pharmaciens, ont décidé de s’accrocher à leurs profits.

Depuis des jours, à la faveur de la crise sanitaire due au coronavirus, sur le marché malien, deux denrées incontournables, viennent de nous donner l’occasion d’apprécier la cupidité de certains acteurs du commerce au Mali.

Sans gène et souvent toute honte bue, des commerçants (même des pharmaciens sont tombés dans le jeu) ont décidé de multiplié par 3, voir souvent par 4, le prix du flacon de Gel hydro-alcoolique. Vendu jadis à 1500 F CFA, tout juste avant la crise, il est aujourd’hui vendu à 6 500 F CFA, voir 7500 F CFA par certains commerçants. La petite bouteille de 75 millilitres proposée à 470 F CFA, en tout cas moins de 500 F CFA dans un pays limitrophe du Mali, est aujourd’hui vendue à 1000 F CFA dans des pharmacies à Bamako.

Que dire des masques de protection ? Là aussi, les prix sont hors la portée des maliens lamda. Sur les réseaux sociaux, des maliens se plaignent du prix élevé de ces maques, qu’ont peut porter tout juste pour quelques 2 à 3 heures de temps. Il nous revient qu’ils sont proposés entre 750 F CFA à 1000 F CFA l’unité.

Mais, c’est l’attitude du Ministère du commerce qui est surprenant dans cette question. Il n’a pas pipé mot depuis des jours face au comportement de ces sangsues des temps modernes. Que le Ministère ne dise rien. L’on peut l’admettre. Mais que les associations de consommateurs maliens soient muettes comme des carpes mortes, face à ce comportement immoral, est des plus surprenant. Elles devaient se mettre sur les grands chevaux pour interpeller qui de droit afin que ce comportement de faire des profits hors normes sur le dot de pauvres citoyens cessent. Aucune flambée de la demande, ne saurait justifier les prix aujourd’hui pratiqués au Mali. Plus que jamais, qui pour sauver les maliens.

La Côte d’Ivoire montre la voie

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav