Version imprimable de cet article Version imprimable | |

« Faso Ka wélé Kan » : Pour rassembler les maliens

lundi 7 août 2017

Le palais de la culture a abrité le samedi 29 juillet 2017 une conférence débat sur la crise multiforme que traverse le Mali. Placée sous le signe : « Faso Ka wélé Kan », ou l’appel de la patrie, cette conférence a été organisée par le Réseau Joko Ni Maya.

Cette rencontre visait à permettre aux maliens d’échanger sur des voies et moyens susceptibles d’aider le Mali à se redresser des crises, plus particulièrement, la révision constitutionnelle qui est en passe de troubler la cohésion sociale des Maliens. C’est pourquoi, le mouvement Faso ka wélé Kan entend se dresser en sentinelle pour éviter une seconde journée des martyrs dans notre pays après celle des évènements de 1991. Ce mouvement est composé de plusieurs organisations de la société civile, notamment le Mouvement Vert-Jaune-Rouge et le Réveil citoyen.

Abdoulaye Niang, président de l’Association « Joko Ni Maya » a estimé, qu’en cette étape de la crise constitutionnelle, nous (frères et sœurs) sommes-là pour voir dans quelle mesure nous pouvons aider notre pays. « Chacun de nous devons se demander qu’est-ce qu’il nous faut pour revenir à nos valeurs sociétales. Et cela est bien possible car notre pays regorge suffisamment de richesse culturelle qui devait être mise en valeur ».

Selon Baba Yakaré Diakité, Président du mouvement Vert-Jaune-Rouge, tout est parti d’un constat. « Notre pays est en train d’aller tout droit dans un mur si rien n’est fait », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que c’est conscient de ce constat que nous avons voulu cette rencontre pour exprimer, non seulement notre inquiétude, mais aussi de trouver des solutions idoines aux problèmes du pays. « Chaque fois que les maliens se parlent, ils parviennent à s’entendre. Nous ne sommes pas là pour défendre un camp ni une personne mais pour dénoncer des actes qui sont de nature à porter du discrédit sur le peuple malien », a-t-il déclaré.

Ensuite, il a appelé à un travail pour la stabilité et la sécurité de notre cher pays.

« La création d’une union sacrée pour ramener la paix et la sécurité dans notre pays est une nécessité absolue car le développement durable d’un pays passe obligatoirement par la paix et la sécurité de ses citoyens », a soutenu Fatou Dissa, présente de l’AJDS.

Il faut noter que la coalition compte mettre en place une commission de sages et créer des groupes de travail pour rassembler les maliens.

Moussa Mallé Sissoko

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques