| |

Emploi et formation professionnelle : Le Ministre Bakary Doumbia innove avec l’organisation d’une session de rédévabilité

jeudi 13 janvier 2022

Le Ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle a initié dans ses locaux le mardi 11 janvier 2022, une session de redevabilité pour faire le point des initiatives conduites pendant les six mois d’activités intenses.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par Bakary Doumbia, Ministre de l’Entreprenariat National, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, qui avait à ses côtés le chef de cabinet ainsi que le secrétaire général du département, Drissa Guindo. Etaient également présents l’ensemble des responsables des services relevant du département.

« Cette démarche s’inscrit dans le cadre de ma vision de la gouvernance depuis que je préside aux destinées du Ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, honneur qui m’a été fait par les plus hautes autorités de note pays, Son Excellence le Colonel Assimi Goita, Président de la Transition, Chef de l’Etat et de Dr Choguel Maiga, Premier ministre, chef du Gouvernement », a indiqué d’entrée de jeu le Ministre Bakary Doumbia.

Selon lui, il s’agit en effet d’une vision partagée avec ses collaborateurs qui y ont d’ailleurs adhéré parce que, loin de trancher avec l’orthodoxie administrative, vient la renforcer. « Vous comprenez donc les raisons fondamentales pour lesquelles je tiens à vous exprimer, à vous tous ici présents, mes sincères remerciements, pour avoir bien voulu répondre aussi nombreux à cette invitation », a-t-il ajouté.

Plus loin, il dira que son rôle est de préserver et d’entretenir les relations de confiances entre les services et leurs usagers. Selon lui, c’est pour quoi, la présente journée de redevabilité, loin de rester une contrainte, doit être comprise comme un acte de transparence dans l’exécution des missions de service public. Il a précisé qu’il s’agira, à travers l’exercice de rendre compte des résultats obtenus à l’issue de la mise en œuvre des activités pendant les six derniers mois de l’année 2021 ; informer la population à travers les médias des résultats atteints au cours des six derniers mois de l’année ; Et, enfin tirer des leçons et les enseignements issus de cet espace de redevabilité dans la perspective d’améliorer les interventions.

Il a ajouté qu’au moment où les recommandations des Assises Nationales et de la Refondation tracent les voies à suivre, il me plait de rappeler que la culture de la redevabilité doit être au cœur de toutes nos préoccupations car indispensable pour mesurer notre efficacité et l’efficience de nos actions. « Elle constitue aussi un moyen pour les citoyens de disposer d’un canal de communication entre eux et l’administration », a-t-il ajouté.

L’objectif selon lui, vise à faire un point sur le niveau d’atteinte des résultats et l’information de tous les cadres du département et ensuite le citoyen lambda et les plus hautes autorités sur le travail que le département a abattu pendant les six derniers mois. « Nous sommes arrivés avec l’outil que nous avons élaboré, à évaluer et à analyser les résultats obtenus de chaque service du département, de chaque programme du département. Ceux-ci ont été faits à travers une présentation individuelle qui a permis aux uns et aux autres de participer à l’analyse des résultats, des écarts, des conclusions et des leçons à tirer », a-t-il précisé.

Selon lui, cela a permis d’identifier quelques problèmes : à savoir la faible communication entre les services, la faible communication entre les agences et les programmes et également la question de certification des formations. « Nous allons aussi faire des recommandations, et qui vont être analysé à la prochaine réunion de cabinet élargie sur la base de ces recommandations prendre les mesures pour améliorer nos pratiques, les rendre opérationnelles, de manière à ceux que l’information circule de façon fluide au sein du département. Que les services puissent travailler de façon étroite pour pouvoir produire les résultats que nous avons fixé à travers les différents programmes et les différents plans d’actions », a précisé le ministre.

De son côté, Moussa Camara, directeur général du Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et l’Apprentissage (FAFPA), a indiqué que c’est un exercice qui a été exaltant. Selon lui, il a permis de voir leur contribution au niveau de l’apaisement du climat social à travers le ministère de l’Entreprenariat National, de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Le Directeur Camara a ajouté que chaque service, organisme personnalisé, a pu exposer sa contribution, les résultats obtenus, les difficultés auxquelles il a été confronté, et éventuellement les propositions d’amélioration pour l’exercice à venir. Il a estimé que cet exercice doit se poursuivre avec des améliorations, permettant de corriger les insuffisances constatées.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav