• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Elections communales en Commune VI : Des électeurs pas du tout content à Yirimadio

    lundi 21 novembre 2016 , par Assane Koné

    Les votes se sont déroulés le dimanche 20 novembre 2016 sur toute l’étendue du territoire malien excepté la région de Kidal. D’après nos constats sur le terrain la sécurité était au rendez-vous. Dans la commune VI du District de Bamako, notamment Yirimadio ne faisait pas l’exception. Bien que certains électeurs aient rencontré quelques difficultés pour voter, dans le centre de vote communautaire de Yirimadio, l’on n’a pas noté d’incident majeur.

    « Depuis bien avant le démarrage des votes, je ne fait que chercher mon nom, mais malheureusement, il ne figure nulle part. Même en faisant recours aux réseaux mobiles (Orange et Malitel). L’affluence sur ces différents réseaux de téléphonie mobile ont crée d’énormes désagréments aux électeurs. Je vais qu’en même continuer à le cherché jusqu’à ce que je le trouve. Parce que c’est mon devoir et mon droit de voter en tant que bon citoyen », nous a confié Moussa Mariko un citoyen qui n’arrivait pas à accomplir son devoir citoyen, parce que n’arrivant pas à savoir son bureau de vote.

    « Contrairement aux scrutins précédents, celui de cette année n’a pas mobilisé les électeurs », a dénoncé Lassinè Traoré, électeur. Tout comme ce dernier, la plupart des électeurs que nous avons rencontrés à Yirimadio se plaignaient des mêmes anomalies. Certains électeurs se sont déplacés de quartier en quartier à la recherche de leur nom sur la liste électorale, sans succès.

    Dans la même école, c’est-à-dire le centre communautaire de Yirimadio, Adiaratou Dao, présidente du bureau de vote No1 du centre, nous a indiqué que dans chaque bureau se trouve 1 président(e) et 4 accesseurs. A notre passage tout se déroulait normalement. A part quelques désorientations liées à certains électeurs, qui ne savaient pas leur bureau de vote.

    Zandouba Diarra, coordinateur du centre de vote de l’école communautaire de Yirimadio, a fait savoir que dans ce centre il ya 10 bureaux de vote pour un total 4909 votant dont 2940 hommes et 1969 femmes. Les votes se sont bien déroulés. La mise en place du matériel de vote a été fait dans le temps et la sécurité été assurée.

    « On ne peut pas parler d’affluence, parce que en général elle n’est pas au rendez-vous. Les électeurs viennent à compte goûte. Certains se plaignaient parce que leur nom ne figure pas sur la liste des électeurs. Cela est dû au fait qu’ils ne connaissent pas leur bureau de vote. C’est quelque chose qu’ils auraient dû connaitre au préalable. Cela explique aussi la mobilité de certains électeurs entre les centres. Face à ce genre de situation on ne peut pas voter même avec la carte Nina. D’autres viennent avec la carte d’identité ou avec d’autres cartes alors que c’est la carte Nina qui est exigée. En plus, ils exigent de voter obligatoirement. » a expliqué le coordinateur. M. Diarra

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce