Version imprimable de cet article Version imprimable | |

EUCAP Sahel Mali : La Mission prolongée jusqu’au 14 janvier 2021

vendredi 8 mars 2019

Après la célébration des 4 ans de présence au Mali dans le cadre du soutien des forces de sécurité maliennes, avec des résultats éloquents, le Conseil a prolongé le vendredi 22 février 2019 le mandat de la Mission de l’UE, EUCAP-Sahel Mali jusqu’au 14 janvier 2021. Et lui a alloué un budget de 11 millions d’Euros pour cette période qui sera destiné au Projets de renforcement des capacités des Forces.

A titre de rappel, EUCAP Sahel Mali a été lancée le 15 avril 2014. Le chef de la mission est, depuis le 1er Octobre 2017, Philippe Rio, un haut gradé de la gendarmerie française. La mission a son quartier général à Bamako et pourra compter, à partir de 1er Mars 2019, jusqu’à 144 agents internationaux et 65 agents maliens.

Deux autres missions de la politique de sécurité de défense commune (PSDC) sont déployées dans la région que sont EUTM Mali, qui contribue à la restructuration et à la réorganisation des forces armées maliennes en leur prodiguant des formations et des conseils et EUCAP Sahel Niger, qui soutient la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme au Niger.

La mission civile EUCAP Sahel Mali assiste et conseille les forces de sécurité intérieure du Mali dans la mise en œuvre de la réforme du secteur de la sécurité fixée par le gouvernement. Elle fournit des formations et des conseils stratégiques à la Police, à la gendarmerie et à la Garde nationale maliennes, ainsi qu’aux ministères compétents du pays.

Dans le cadre de la régionalisation des missions PSDC au Sahel, la mission EUCAP Sahel Mali pourra dorénavant dispenser des activités ponctuelles et ciblées de conseil stratégique et de formation en Mauritanie, au Niger, au Burkina-Faso et au Tchad, comme le prévoit son plan opérationnel révisé (18 Décembre 2018).

A retenir en terme de bilan des activités menées de l’année 2015 à 2018 : appui au renforcement du cadre réglementaire et normatif sécuritaire et à sa mise en œuvre (Politique Nationale des Frontières, Plan de Sécurisation Intégré des Régions du Centre, Plan d’action pour la Stratégie Nationale de Réforme du Secteur de la Sécurité…) ; soutien à la mise en œuvre des systèmes informatisés de gestion des RH des FSI ; environ 6000 personnes formées depuis 2015 (formations spécialisées : Police Technique et Scientifique, Maintien de l’Ordre, Renseignement, Droits de l’Homme, formations des formateurs afin de renforcer une appropriation locale, et stages pré-déploiement : 600 éléments de la Garde nationale formés avant d’être déployés dans le Centre et des formations conjointes sont menées avec la MINUSMA depuis 2015) ; le renforcement des capacités des unités telles que la Brigade d’Investigation Spécialisée, l’Office Central de Stupéfiants et la Force Spéciale Anti-terroriste.

Ce soutien vise également à renforcer les capacités de la Composante Police malienne au sein de la Force Conjointe G5 Sahel. Soutien au renforcement des capacités en matière de gestion des frontières au niveau ministériel (politiques et stratégies), au niveau de l’administration (décentralisation des services) et au niveau des FSI (formation, renforcement des infrastructures).

En termes de perspectives de l’année 2019, le mandat de la Mission a été prolongé de deux ans. Les priorités demeurent la gestion des ressources humaines, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé et la gestion des frontières. Un nouveau volet sera développé : la gestion logistique. Les actions de formation et de conseil seront prolongées par un accompagnement dans les unités. La Mission renforcera encore son soutien au redéploiement des forces de sécurité dans les régions du Centre et du Nord.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.