Version imprimable de cet article Version imprimable | |

EDITO/Suspension de l’aide financière de l’UE à l’Armée malienne : Le silence inquiétant du gouvernement

mardi 18 juin 2019

Depuis quelques jours, par la voix de Geza-Strammer, Chef de la coopération de l’Union européenne au Mali, les maliens ont été surpris d’apprendre que l’institution européenne depuis quelque temps a suspendu son aide financière à l’armée malienne. Mais, les maliens sont plus surpris par le silence de leur Gouvernement sur la question.

En cette période, où l’armée malienne est des plus sollicitée pour des interventions musclées afin de protéger les populations civiles dans le centre du pays et ailleurs, l’on apprend qu’elle va devoir se passer d’un financement de l’Union européenne.

« L’UE a suspendu son aide financière destinée à l’armée malienne, depuis quelque temps, à cause du manque de traçabilité dans la gestion dudit fonds », a déclaré Geza Strammer, Chef de coopération de l’union européenne au Mali. C’était lors du colloque international sur l’aide publique au développement au Mali, organisé les 14 et 15 juin 2019 par le Centre d’études et de réflexion au Mali (CERM).

Les maliens qui étaient dans la salle, n’étaient pas au bout de leur surprise, car le diplomate européen va enfoncer le clou en soutenant que : « Quand on finance un programme de l’Etat, l’argent est directement versé dans le compte du trésor public. L’Union européenne n’a alors aucune possibilité de toucher à ladite somme. Mais quand on évalue et que l’on se rend compte que le programme n’a pas été exécuté convenablement en ce moment, on peut décider de suspendre notre financement en faveur dudit programme ».

De quel programme s’agit-t-il ? Il a été financé à combien de milliards ? Et, pourquoi depuis le Samedi 15 juin 2019, le Gouvernement malien n’a pas réagit à cette accusation qui jette un discrédit sur la gouvernance de l’aide publique au développement ?

Les maliens sont pressés d’entendre leur Gouvernement sur cette accusation à l’allure d’une dénonciation publique. Et, en toute responsabilité le Gouvernement malien ne doit pas garder le silence.

S’il est vrai que, qui ne dit mot consent. Le Gouvernement malien devra dire au Peuple malien pourquoi cette aide financière à destination de l’armée malienne n’a pas produit les résultats escomptés ? L’argent a-t-il été détourné de son usage ? Ou, est-il tombé dans des poches sans fond ?

Dans tous les cas, le Peuple a droit à des explications.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de