Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Droits des enfants : La CVJR engagée à faire la promotion et la protection des enfants

vendredi 18 octobre 2019

L’Unicef a initié un atelier d’intégration de la protection de l’enfance dans les activités de la Commission, Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR). Cet atelier de 2 jours entre dans le cadre du Plan d’action adopté par la commission genre et réconciliation. Et vise à former le personnel de la CVJR, des antennes régionales et des OSC en protection des droits de l’enfant. C’était du 16 au 17 octobre 2019 à l’hôtel Salam de Bamako.

Cet atelier a été présidé par Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR. Il avait à ses côtés COULIBALY Aïssata Touré, commissaire à la sous commission genre à la CVJR, et Cécilia SUARNET, Experte de protection de l’enfant à l’UNICEF.

L’objectif était de dynamiser la participation des enfants et des jeunes au processus de la CVJR, en vue de soutenir la réconciliation et renforcer la prise en compte des violations commises à l’encontre des enfants dans le processus de recherche de la vérité de la CVJR. Le thème abordé était la présentation de la Sous-commission Genre de la dite commission, les principes directeurs pour l’engagement des enfants dans le travail de la CVJR, la base des expériences internationales, recherche de la vérité/ sensibilisation et appui aux victimes.

Selon Coulibaly Aïssata Touré, Commissaire de la sous-commission à la CVJR, elle a estimé qu’à la date du 10 octobre 2019, la CVJR a enregistrée 15 062 cas de dépositions dans ses six antennes régionales, et dans le camp de refugié de M’Bera en Mauritanie. Et 12 207 cas de dépositions en rapport avec un décès, ont été enregistrés dans la base des données. Elle a précisé que la moitié de ces dépositions ont été faites par des femmes et 644 par des enfants.

Parlant de la sous commission genre et la prise en charge des enfants, Coulibaly Aïssata Touré dira que conformément aux accords pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, que le gouvernement du Mali a crée par l’ordonnance n°2014-003/P-RM du 14 janvier 2014, la Commission Vérité, Justice et Réconciliation. Elle a ajouté qu’elle a pour mission de contribuer à l’instauration d’une paix durable à travers la recherche de la vérité, la réconciliation, la consolidation de l’unité nationale et des valeurs démocratiques.

« La CVJR accorde une attention particulière à la violation subie par les enfants et ce au travers de la sous commission genre et enfance. Et la sous commission genre mène des formations sur le genre, la protection de l’enfance et les autres groupes vulnérables », a-t-elle indiqué.

Pour conclure son intervention, Coulibaly Aïssata Touré dira qu’après plus de trois années de travail intense, jalonnées de succès et de défis, que le gouvernement du Mali a prolongé le mandat de la CVJR jusqu’en décembre 2021, lors du conseil des ministres du vendredi 20 septembre 2019. Elle a indiqué que cette prolongation dénote de la confiance renouvelée des hautes autorités aux travaux de la commission notamment le déploiement de l’unité d’enquête, l’élaboration de l’avant-projet de politique de réparation, la préparation des audiences publiques et la production du rapport final qui s’étendra en 2020.

En ce qui concerne les prochaines étapes des actions de la CVJR, elle a précisé que la sous commission et le groupe technique de la commission sont à pied d’œuvre sur beaucoup de chantiers notamment, l’élaboration de l’avant-projet de politique de réparation au profit des victimes, l’exécution des enquêtes non judicaire, la préparation des audiences publiques, l’élaboration de la stratégie de mémoire et de commémoration des victimes.

Selon elle, ces étapes vont permettre à la commission et à ses partenaires de faire le point sur les acquis et les limites, de réfléchir sur les perspectives et l’amélioration possible pour la suite de la CVJR. « Elles consisteront à renforcer les capacités opérationnelles du personnel de l’antenne régionale de Kidal, à poursuivre la prise de dépositions dans les antennes, à réaliser les enquêtes sur des cas emblématiques, à finaliser l’avant-projet de politique de réparation, de loi et de décret, à réaliser les audiences publiques y compris une audience publique thématique aux victimes de VSBG et aux enfants, de produire un rapport final de la CVJR avec un chapitre sur les enfants » a-t-elle expliqué.

Pour sa part, Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR, dira que les enfants ont été particulièrement impactés par la crise que nous vivons. « Que ça soit les enfants enrôlés dans les activités des groupes armés, que ça soit des enfants issus des violences sexuelles, des enfants morts dans les conflits inter et intracommunautaires. Les enfants sont déscolarisés et ont subis des dommages psychologiques. C’est une problématique lourde et complexe qui impacte lourdement l’avenir de notre pays. C’est aussi, une problématique à laquelle nous sommes pas habitués à faire face dans les dimensions actuelles » a-t-il souligné.

Il a lancé un appel à tous les acteurs, les partenaires techniques, les organisations de défenses et de protection des enfants, des organisations des réseaux des jeunes et toutes les personnes de bonne volonté, à se mobiliser pour la protection, l’intégration et la défense des droits des enfants.

« Nous sommes à la recherche de meilleure modalité pour sensibiliser les parents pour qu’ils continuent de témoigner dans nos antennes afin de participer à nos activités pour qu’on puisse faire la meilleure recommandation dans l’avenir » a-t-il indiqué.

Mohamed CAMARA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.