Dialogue national inclusif : « Anw Ko Mali Dron » de Mme Sy Kadiatou Sow n’est pas partant

mercredi 11 décembre 2019

Une fois de plus le dialogue national inclusif prévu le 14 décembre 2019 risque de connaitre des failles. Car la plateforme « Anw Ko Mali Dron » (AKMD) présidée par Mme Sy Kadiatou Sow a maintenu sa position de ne pas participer à ce dialogue tant voulu par les autorités maliennes. Elle estime que ce dialogue ne prend pas en compte l’inclusivité et qu’il s’agit d’une imposition de la communauté internationale. C’était lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le mardi 10 décembre 2019 au Mémorial Modibo Keita.

Accompagnée de certains membres de sa plateforme, Mme Sy Kadiatou Sow, conférencière, a affirmé qu’ils maintiennent leur position de non-participation au dialogue national inclusif, parce qu’ils considèrent que ce dernier ne prend pas en compte les préoccupations majeures et au contraire tant, à mettre en avant certaines questions qui sont très polémiques, notamment la question de la révision de la constitution en relation avec la mise en œuvre de l’accord pour la réconciliation issu du processus d’Alger.

Par ailleurs, elle poursuivra : « Attention ! Attention ! N’allons pas trop vite à ce dialogue à la va vite, parce que la communauté internationale a dit qu’avant la fin de l’année, il faut qu’on intègre les dispositifs de l’accord dans la constitution. C’est une imposition de la communauté internationale et nous disons que nous ne sommes pas d’accord avec cela. Nous pensons qu’il faut d’abord relire l’accord. Nous avons clairement dit que les résolutions et recommandations issues de ce dialogue auront une valeur contraignante pour le Président de République et son gouvernement et pour tous Maliens ». Aussi, la présidente de la plateforme, a tenu à préciser que leur attente, est de faire en sorte que le Chef de l’Etat s’engage lui-même au près des Maliens qui veulent participer désormais à la prise des décisions majeures.

S’agissant de la rencontre des Chefs d’Etat du G5 Sahel à Pau, elle dira que la plateforme « Anw Ko Mali Dron n’est pas opposé à ce que le Président IBK aille à la rencontre du Chef d’Etat Français, mais ils pensent que le but doit être de défendre l’intérêt du Mali et des Maliens.

Au cours de la même rencontre avec la presse, une déclaration fondatrice de la plateforme « Anw Ko Mali Dron » (AKMD), a été lue par Daba Diallo, membre de ladite plateforme. Selon lui la déclaration de la plateforme du 28 juin 2019 portait sur la situation sécuritaire, le Dialogue national inclusif, la prolongation du mandat des députés et lançait un vibrant appel à tous ceux qui approuvent son contenu à se joindre aux signataires en vu d’une mobilisation patriotique pour renforcer les rangs de la résistance à la partition du Mali et engager un processus de redressement de notre pays. Il dira que six mois après, ANKMD estime de son devoir d’informer sur les actions conduites et de partager avec l’opinion leur analyse de la situation socio-politique et sécuritaire qui prévaut et sa position sur le dialogue national inclusif conduit présentement par le gouvernement.

An Ko Mali Dron exige du Gouvernement de :

• doter nos forces armées de défense et de sécurité, des moyens adéquats et conséquents pour mener à bien leurs missions régaliennes ;
• changer radicalement la gouvernance de la défense et de la sécurité et consacrer des ressources suffisantes au financement des opérations de défense et de sécurité ;
• créer les conditions d’une coordination stratégique et davantage de synergie entre les FAMA, la MINUSMA, la force Barkhane, les partenaires bilatéraux et régionaux du Mali aux plans de la sécurité et du développement.

Justifiant leur position, Daba Diallo a martelé que le Chef de l’Etat et le Gouvernement ont compromis la légitimité du processus du dialogue National Inclusif, en procédant aussi, au lancement du Dialogue National Inclusif et à la tenue des deux niveaux de base et du niveau régional qui sont d’importants segments des forces politiques et sociales. Cependant, il a estimé qu’en fixant la date du 14 décembre 2019 pour l’ouverture des concertations du niveau national, le Président de la République parachève un processus de Dialogue national inclusif bien loin de celui qu’il annonçait à la nation le 16 avril 2019. « La mise en œuvre sera assurée par le mécanisme indépendant de suivi-évaluation proposé par les Congressistes. Il ne confère aucun caractère contraignant aux recommandations et par conséquent aucun pouvoir d’action ou d’injonction à ce mécanisme », a-t-il annoncé. Ainsi il a conclu que, dans ces conditions, AKMD ne participera pas non plus à cette phase du Dialogue national inclusif.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav