Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Deuxième session 2017 de la Cour d’Assises de Bamako : 76 dossiers inscrits au rôle

vendredi 8 décembre 2017

Le mercredi 6 décembre 2017, la salle Boubacar Sidibé de la Cour d’appel de Bamako, a servi de cadre l’ouverture de la 2ème session de la cour d’assises. Pendant un mois, 76 dossiers impliquant 132 accusés, seront jugés. Les faits sont relatifs à des crimes de sang, vol, faux et usages de faux et le trafic international de drogue à haut risque.

A l’ouverture des travaux, le Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako, a insisté sur l’examen minutieux des dossiers, surtout par les assesseurs. Selon lui, le rôle de cette session a révélé la recrudescence de la violence, toute chose qui est déplorable et qui nous interpelle tous.

La Cour d’Assises s’installe pour la deuxième fois au titre de l’année 2017. Elle a sur sa table 76 dossiers à trancher. Les accusés sont au nombre de 132 dont 89 détenus qui seront fixés sur leur sort. Ces accusés comparaitront pour différents crimes.

Selon Idrissa Arizo Maiga, Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako, la tendance évolutive des infractions fait pencher la balance nettement du côté des crimes de sang et des actes d’agression sexuelle, suivis des infractions contre les biens, le vol qualifié en particulier.

A en croire Idrissa Arizo Maiga, tout cela transpire un penchant fâcheux des individus pour la violence dans ses formes les plus cruelles et les plus intolérables, et la réponse de la société n’est malheureusement pas la plus appropriée, surtout avec l’apparition du terrorisme, qui par sa spécificité rend le déséquilibre encore plus profond entre les services de répression et les criminels.

Souhaitant un aboutissement heureux pour ces assises, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako a insisté sur l’examen minutieux des dossiers, étant entendu que des informations fournies au préalable peuvent être erronées. Le procureur a par ailleurs rappelé l’importance de l’indépendance de la justice.

Idrissa Arizo Maiga, Procureur général près la Cour Appel de Bamako, a rappelé la citation de Dénis Trossero, chroniqueur judiciaire : « il faut garantir l’indépendance de la justice et rappeler que l’indépendance n’est pas un confort, mais un sacerdoce. L’indépendance du juge doit le protéger contre les empiècements du pouvoir exécutif, la nouvelle tyrannie de l’opinion publique, mais surtout contre lui-même, ses passions, ses tentations, ses faiblesses, ses dérapages, ses ambitions et ses croyances ».

Le Procureur Général a souligné également que « les coups même injustes que nous recevons régulièrement ne sauraient nous départir de la sérénité nécessaire à l’accomplissement de la mission ».

Pour sa part, Mahamadou Berthé, Premier Président de la Cour d’Appel de Bamako, a signalé que la sécurité publique est mise à rude épreuve. Selon lui, il est important que l’ensemble des parties prenantes, le gouvernement en tête, s’impliquent pour que les bons citoyens soient tranquilles. Et que les mauvais qui ont optés pour la délinquance, soient mis hors d’état de nuire. Dans ce registre, selon Mahamadou Berthé, la Cour d’Appel ne manquera pas de jouer sa partition.

Six citoyens sélectionnés et appelés assesseurs aideront la cour d’assises à rendre son verdict. Ce sont eux qui font de cette cour une juridiction populaire. A noter qu’au cours de cette deuxième session, la juridiction a donc renouvelé son soutien au juge de Niono, enlevé à son domicile, avant d’informer l’assistance du départ à la retraite du conseiller Yaya Togola et la greffière Djeneba Togo, après 40 ans de bons et loyaux services.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques