Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Décentralisation poussée au Mali : Vers des élections couplées le 17 Décembre 2017

mardi 10 octobre 2017

La salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a abrité le jeudi 5 octobre 2017 le traditionnel point de presse hebdomadaire qui suit le Conseil des ministres. Une occasion d’éclairer la lanterne des Hommes de medias sur un certain nombre de points adoptés au Conseil des ministres.

Pour ce faire, plusieurs membres du gouvernement ont donné des explications sur les décisions prises par le Conseil. D’entrée de jeu, Tiénan Coulibaly, ministre de la défense et des anciens combattants, s’est prononcé sur les récentes acquisitions d’aéronefs par l’Armée de l’Air. Une question qui n’était pas sur la table du Conseil, mais reste d’actualité. A l’en croire, l’achat de nouveaux aéronefs est une action qui tenait à cœur le président de la République depuis fort longtemps. <>, a-t-il indiqué.

Les élections des conseillers communaux, régionaux et du district de Bamako se tiendront le 17 Décembre 2017

. De son coté, Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de l’Administration territoriale, a porté à la connaissance des journalistes l’adoption de textes législatifs portant convocation du collège électoral en vue de la tenue prochaine des élections couplées. Il s’agit des élections de conseillers communaux, des conseillers de Cercle, des conseillers de Régions et des conseillers du District de Bamako. << Le gouvernement a adopté un plan intégré de sécurisation des Régions du nord et du centre du pays. La carte des risques révèle certes qu’il peut y avoir des difficultés en certains endroits mais le gouvernement a l’obligation d’accomplir ce que lui indique la loi. Le retour du gouvernement à Kidal et le cessez-le-feu entre la CMA et la Plateforme illustrent que la tenue des scrutins est bien possible>>, a assuré le ministre de l’Administration territoriale.

Deux autres textes examinés par le Conseil des ministres

Il s’agit du projet de texte portant création, organisation et modalités de fonctionnement du Comité de pilotage de Mise en place du Point d’échange Internet du Mali, et de la communication écrite relative à la note conceptuelle sur l’octroi de la 4ème licence de télécommunications au Mali. Arouna Modibo Touré, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, a indiqué que le point d’échange Internet est une infrastructure permettant aux opérateurs d’internet d’échanger des informations sans compensation financière. <>, a-t-il expliqué. S’agissant de la question de la 4ème licence de téléphonie, le ministre Touré dira que le cahier des charges avec cette société ne prévoit nullement le retrait de la licence mais la possibilité pour le gouvernement d’octroyer une 4ème licence. Ensuite, il est revenu sur le cas de la 3ème licence attribuée à Atel mais qui n’est toujours pas fonctionnelle.

M.M.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques