Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Consortium panafricain des observateurs électoraux : « Le peuple malien …, n’a point besoin de vivre des lendemains électoraux incertains »

mardi 14 août 2018

« Notre Mission appelle tous les acteurs maliens sans exclusive, à éviter les invectives qui commencent à couver de ci et de là, car le peuple malien dont tout un chacun aspire à diriger, n’a point besoin de vivre des lendemains électoraux incertains, lesquels seraient provenus de l’aspect de se départir du respect de la loi électorale en vigueur en République du Mali », indique le Consortium panafricain des observateurs électoraux (CPOE Afrique-Diaspora) dans son compte rendu d’observation des diverses phases relatives au scrutin présidentiel (2ème tour), tenu le 12 Août 2018 en République du Mali. Le CPOE Afrique-Diaspora s’est insurgé contre la tendance répétée de la Mission de l’Union Européenne frisant l’aspect de ressasser à tout va aux Autorités électorales maliennes, la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote. Ce compte rendu a été présenté au cours d’un point de presse, le 14 août 2018, à l’hôtel de l’amitié.

SCRUTIN PRESIDENTIEL DU 12 Août 2018 EN REPUBLIQUE DU MALI

Point de presse tenant lieu de compte rendu de notre observation des diverses phases relatives au scrutin présidentiel (2ème tour), tenu le 12 Août 2018
en République du Mali

Le Mali des défis.

Le Mali de la maturité de son peuple.

Le Mali de ses Responsables politiques soucieux du respect de leurs engagements vis-à-vis de la Loi fondamentale nationale, de ceux signés de commun accord, et de la paix souhaitée pour le pays pour mieux avancer.

Le Mali souverain qui sait tenir à temps ses processus électoraux et leur donner une bonne dose de réussite avec l’apport de tous.

Voici donc ce Mali ; africain, que nous avons perçu et vu aller en un laps de temps à sa compétition électorale présidentielle du 2ème tour, tenue ce 12 Août 2018 en République du Mali.

Notre mission, se départant du schéma classique de restitution à la va vite des conclusions inhérentes aux diverses phases du vote, lesquelles nous dénotons avoir connu une nette amélioration dans leur ensemble par rapport au premier tour notamment :

-  Par l’action concertée à saluer des Autorités électorales, qui ont eu à jouer leur partition à l’unisson, pour apporter des correctifs et améliorations que l’on a pu observer en général sur le terrain et plus précisément ;

-  avec la présence des cartes d’électeurs non distribuées qui étaient présentes dans les bureaux de vote visités ;

-  Par le matériel électoral qui était disponible en général dans la majeure partie des bureaux de vote à l’exception de certaines zones du Nord qui ont été vandalisées ;
-  Par l’ouverture à temps dans leur ensemble des Bureaux de vote ainsi que la présence effective et conviviale des assesseurs des bureaux de vote ;

-  Par la présence effective des représentants des 2 candidats en compétition lors de ce second tour ; lesquels ont suivi sans discontinuer leurs diverses tâches de représentation de leurs responsables respectifs dans chaque bureau de vote visité par notre dynamique en Consortium ;

-  Par les opérations de vote qui se sont bien déroulées en général dans le calme avec à contrario, une participation timide en matinée ;

-  Par le renforcement de la sécurité électorale en général qui a fonctionné permettant une diminution sensible du nombre des bureaux de vote qui n’avaient pas pu s’ouvrir au premier tour ;

Notre Mission , qui se donne l’obligation de revenir plus en détails, lors de son rapport final de mission qui englobera bien d’autres aspects, lesquels seront suivis de recommandations, notamment la manière dont seront communiqués et pris en compte officiellement les résultats de cette compétition électorale dont les électeurs en nombre sensiblement moindre pour diverses raisons en comparaison au premier tour, ont pu s’exprimer toutefois en toute liberté et de manière patriotique, qu’il convient de saluer dans son ensemble.

Ainsi notre Mission, soucieuse de la stabilité politique du Mali et surtout du respect de sa souveraineté dont l’observation électorale se doit d’en tenir compte conformément à la déontologie de l’observation internationale , notre Mission voudrait continuer à s’insurger contre certaines missions qui, au lieu d’être à équidistance du processus électoral, ont une exigence répétée à tout va, assimilée à notre entendement en une injonction proférée à l’endroit des Autorités électorales maliennes et que nous avons suivi, exigence répétée à même de jeter la confusion à divers niveaux, du type idéal de proclamation des résultats qui, pour ce qui concerne notre mission, doivent rester régaliennes et dans le strict respect de la Loi électorale malienne.

Le scrutin du 12 Août 2018 ayant été libre, inclusif, sans boycott aucun en dépit de certaines tensions, et par conséquent régulier au regard de nos observations factuelles sur le terrain tout comme en mode de recoupement d’informations avec certaines missions sœurs sur le terrain avec lesquelles nous avons œuvré en synergie, notre mission qui en a été informé, tient d’abord à déplorer et condamne l’incident mortel perpétré lâchement par le péril djihadiste, sur un agent électoral en plein exercice de ses fonctions patriotiques.

Elle se félicite toutefois, que les opérations électorales dans leur ensemble ainsi que la phase de dépouillement et d’agrégation des résultats d’un bureau de vote donné à un autre, aient eu lieu en toute régularité dans les bureaux de vote initiaux et qu’en plus, chaque représentant de candidat ait pu à l’effet, avoir copie du procès-verbal des résultats dudit bureau de vote où il était, tout comme les représentants de la CENI et de la Cour Constitutionnelle qui y étaient également, et ceci sous le regard attentif des observateurs nationaux et internationaux.

La même dynamique de dispositif étant de mise également au niveau de la centralisation nationale des résultats, tout ceci afin d’assurer et de consolider la transparence du scrutin.

Toutefois, comme énoncé plus haut au titre de nos droits et devoirs en tant qu’observateurs et dont le dispositif onusien relatif à l’observation internationale des élections, contenus en ses principes cardinaux du 27 Octobre 2005, le stipulent clairement, notre Mission s’insurge contre la tendance répétée de la Mission de l’Union Européenne frisant l’aspect de ressasser à tout va aux Autorités électorales maliennes, la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote.

De l’entendement de notre mission, celle-ci parait ressembler comme une injonction à caractère d’immixtion dans le processus électoral et ceci en déphasage avec certaines dispositions des principes onusiens de l’observation des élections, énoncés en date du 27 Octobre 2005, tout comme les alinéas du code de conduite de l’OSCE ainsi que de l’Union interparlementaire sur l’observation électorale qui énoncent, et notre Consortium Panafricain cite :

-  « Les observateurs doivent reconnaitre et respecter la souveraineté du pays hôte et la loi électorale »

-  « Les observateurs doivent poursuivre leurs activités sans interférer dans le processus électoral, les procédures le jour du scrutin ou le dépouillement et la compilation des résultats » ;

-  Les observateurs peuvent porter à l’attention des Autorités du pays hôte certaines irrégularités, mais ils ne doivent jamais leur donner des instructions ou contredire les décisions des responsables électoraux ». fin de citation.

Notre mission qui attend également la proclamation chronologique des résultats selon la chaine de proclamation en vigueur au Mali, laquelle doit répondre en termes de conformité à la loi électorale que le peuple malien s’est doté, celle-ci permettra in fine, à notre Mission en Consortium, de se prononcer sur l’aspect sincère de bout en bout du scrutin,

Puis restant tout autant regardant de tous les aspects post électoraux qui peuvent être contraires à la paix sociale, notre Mission appelle tous les acteurs maliens sans exclusive, à éviter les invectives qui commencent à couver de ci et de là, car le peuple malien dont tout un chacun aspire à diriger, n’a point besoin de vivre des lendemains électoraux incertains, lesquels seraient provenus de l’aspect de se départir du respect de la loi électorale en vigueur en République du Mali.

Puisse la sagesse guider les politiques du Mali, qui se doivent de ne point faillir à leurs sens de la responsabilité et du dialogue surtout qui les caractérisent, après avoir prouvé en moult circonstances que chacun sait se surpasser et mettre la stabilité du pays, le Mali rien que le Mali, et la paix nationale tout comme celle sous régionale au-dessus de toute autre considération.

Puisse la loi électorale être le bréviaire de tous acteurs dans le respect également du code de bonne conduite dont chaque acteur malien a eu à adopter et à apposer sa signature à titre d’assentiment à ladite donne, sous l’égide du National Democratic Institute (NDI).

Le National Democratic Institute en abrégé NDI, que nous saluons également pour son action positive de contribution en faveur de la Nation malienne et surtout au niveau de la Société civile nationale qui a fait montre d’une citoyenneté exemplaire avec une observation nationale professionnelle, même si elle a été diverse et éparse, ces divers acteurs se doivent d’être salués et pourquoi pas institutionnalisés car ils pourraient être de bons arbitres locaux de suivi des processus nationaux, pourvu que les diverses énergies ne soient éparses comme nous avons eu à le constater également.

Notre Mission qui suivra tous les autres aspects importants sus cités ainsi que la chaine chronologique nationale habilitée de proclamation des résultats, tout comme les recours régaliens vers la Cour Constitutionnelle en cas de contestation de quiconque des candidats en lice, tout autant que tous les aspects post électoraux jusqu’à l’installation de l élu qui sera consacré de cette compétition et processus électoral, notre mission donc se prononcera à chaque fois que cela sera nécessaire par divers communiqués y relatif de son équipe cadre de mission, jusqu’au terme de sa mission, à l’issue de laquelle sera produit un rapport global assorti de recommandations d’évaluation pertinentes, en vue de l’amélioration des processus à venir dont celui des législatives qui s’en suivront en République du Mali, qui constitueront également un autre challenge ou défi à relever par le Mali.

Dieu bénisse le Mali.
Je vous remercie

Fait à Bamako, le 14 Août 2018

Pour le Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe (CPOE Afrique –Diasporas)
Le Chef de la Mission au Mali : COSME ADANDOZAN ROMANUS

Notre Contact en mission au Mali :
(00223) 72 68 53 37 (Chef de Mission et Porte parole COSME A. Romanus )
Contacts du Coordonnateur Général et International de la dynamique en Consortium :
Dr TOURE DAGBARA Innocent : (0033) 771 84 69 80 / (0033) 753 87 33 34

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques