Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Composante police de la force conjointe du G5 Sahel : Une cinquantaine de journalistes outillés par l’OCS et l’ONUDC

lundi 24 décembre 2018

L’Office central de lutte contre les stupéfiants (OCS), en partenariat avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), a organisé à Selingué (commune de Baya), du 17 au 21 décembre 2018, l’atelier de formation des journalistes sur la composante police de la force conjointe du G5 Sahel. Cet atelier de 5 jours avait comme objectif de renforcer la capacité des journalistes d’investigation à mieux organiser dans la recherche, le traitement et la diffusion des informations avérées sur les missions de la composante police du G5 sahel dans la recherche et la poursuite des infractions de terrorisme.

L’atelier de formation des journalistes d’investigation sur l’importance de la composante police de la force conjointe du G5 Sahel vise à amener les journalistes à maitriser le concept stratégique de la force conjointe du G5 sahel à travers ses différentes composantes, en l’occurrence la composante police dans son rôle de protection et de promotion des droits humains lors des opérations. Cette session fait suite à celle organisée l’année dernière sur la drogue et le crime organisé.

« La lutte contre le terrorisme constitue aujourd’hui une priorité pour les plus hautes autorités de notre pays en raison de ses impacts négatifs sur la sécurité et le développement humain », a déclaré le Magistrat-Colonel Adama Tounkara, Directeur général de l’Office Central des stupéfiants (OCS). Selon lui elle requière de ce fait la pleine implication de tous les segments de la société en occurrence les hommes de médias. Pour cela, il a félicité la mise en place et le lancement prochain des activités du réseau des journalistes d’investigation sur la lutte contre la drogue et le crime organisé. Il a estimé que ce réseau est un appui considérable pour la sensibilisation de nos concitoyens sur l’approche globale de la drogue, le crime organisé et le terrorisme.

Le Magistrat colonel a rassuré e réseau de la pleine collaboration du ministère de la sécurité et de la protection civile et son plaidoyer auprès de ses partenaires techniques et financiers.

Pour sa part Ganda Traoré, Coordinateur par intérim de l’ONUDC Mali a souhaité que cela ne soit pas la dernière formation à l’endroit des journalistes d’investigation, vue l’importance de cette composante dans la lutte contre le terrorisme.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de