• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Centre du Mali : Face aux assassinats Djihadistes, la riposte des chasseurs fait 13 morts et 16 blessés chez les peulhs

    lundi 13 février 2017 , par Assane Koné

    Excédés des violences subies, des chasseurs ont mis leurs menaces à exécution le dimanche 12 février 2017. Bilan provisoire : 13 morts et 16 blessés du côté des peulhs.

    Qu’est ce qui a pu poussé des chasseurs bambaras franchir le Rubicon et conduire une expédition meurtrière contre les hameaux abritant des peulhs dans le secteur de Macina ?

    Selon des témoignages, les chasseurs pour la plupart des bambara, avaient depuis belle lurette soupçonné des peulhs d’être à la base de nombreux assassinat dans leur secteur. Ils avaient averti les peulhs qu’ils ne toléreraient plus ces assassinats. Et, malheureusement, le dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 février 2017, un bambara a été tué par des peulhs, qui seraient des alliés de Amadou Kouffa.

    Face à cet assassinat, les chasseurs ont mis leur menace à exécution, sans faire de distinguo. Ils ont pratiquement fait de l’amalgame entre tous les peulhs de la zone.
    Et, le bilan est grave : 13 morts et 16 blessés, sans oublier les cases incendiées.
    Il fallait s’attendre un tel débordement. Depuis des mois, une série d’assassinats a lieu dans le centre du Mali. Souvent ce sont des notabilités influentes ou des élus communaux qui sont victimes.

    Malheureusement depuis des mois, tous pointent du doigt les hommes de Amadou Kouffa, sans qu’une solution définitive soit trouvée à ce fléau.

    Et, comme il fallait s’attendre, les communautés ont commencé à s’organiser pour faire face à ce fléau. Et ce type d’organisation ne peut que aboutir à un amalgame malheureux.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce