Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Cartes Nina : SADI demande un audit des stocks non retirés

lundi 24 avril 2017

« Les élus du Parti SADI appellent à un audit diligent des stocks non retirés de carte Nina sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali et à des solutions pour en assurer la traçabilité et une gestion transparente ». Cela a été clairement exigé le 23 avril 2017, à Koutiala, à l’issue des Journées Communales du Parti SADI.

A l’issue de deux jours de travaux à Koutiala, « les élus du Parti SADI ont constaté que l’enrôlement au Ravec ne se fait pas dans une grande partie des communes, surtout pour les personnes nouvellement en âge de voter ».

Pire, ils ont indiqué qu’ « une grande partie des personnes ayant fait l’objet d’enrôlement depuis plus de 02 ans n’ont pas pu rentrer en possession de leur carte ». Selon les élus du Parti SADI, « l’accès à la carte Nina est devenu un facteur de discrimination pour l’accès aux emplois publics et à l’exercice des droits civiques ». Or pour les élus du Parti SADI, il s’agit là des droits fondamentaux garantis par la constitution que nul ne saurait confisquer.

Pour cela, ils en appellent au bon sens des autorités en charge des élections pour que chaque malienne et chaque malien en âge de voter puisse exercer ce droit librement. « La carte Nina ne saurait l’entraver », ont-t-il déclaré.

Par ailleurs, les élus du Parti SADI ont fait « le constat qu’un nombre important de cartes Nina non distribué sont stockés dans les bureaux des Sous-préfets et des Maires des communes du District de Bamako ».

« La traçabilité de ces stocks est flou et représente un potentiel important de fraude qui pourrait biaiser les résultats de différentes élections dans notre pays », ont-t-il dénoncé. Avant d’ « appeler à un audit diligent des stocks non retirés de carte Nina sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali et à des solutions pour en assurer la traçabilité et une gestion transparente ».

En outre, les élus du Parti Sadi ont « constaté aujourd’hui que les maliens de l’extérieur sont confrontés à la difficulté d’accès aux différents documents de voyage et autres documents administratifs ». Selon eux, « ces difficultés sont liées à l’obtention de la carte Nina pour laquelle le rythme des enrôlements dans les pays à forte concentration de maliens (Angola, Congo Brazza, France, Espagne, Italie etc.…) est très lent voire inexistant. Le délai moyen d’obtention de carte après enrôlement est de 6 mois pour les maliens de l’extérieur ».

Pire, ils diront que « les enrôlements sont faits par un personnel bénévole d’un faible niveau et peu motivé, ce qui génère un taux d’erreurs très élevées dont la correction est aussi longue que le processus d’obtention de la carte Nina ».

Sur ces faits, les élus du Parti Sadi ont « rappelé au gouvernement que la protection de nos ressortissants à l’étranger est un devoir sacré ». Mieux, ils ont exigé à rendre disponible sans délai les documents administratifs et de voyage dans nos ambassades et consulats et d’en garantir l’accès à nos compatriotes afin de leur permettre d’être en règle vis-à-vis des lois des pays d’accueils.

« Le Parti Sadi lance un appel pressant au gouvernement pour porter assistance et protection à nos compatriotes vivant dans les zones en conflit (Libye) », ont-t-il conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !