| |

COVID-19 : PCQVP-Mali demande l’audit des ressources allouées pour la confection des masques et la communication

jeudi 11 mars 2021

"De façon générale, l’aide financière de l’Etat aux structures sanitaires dans le cadre de la prévention et riposte contre la pandémie COVID-19 a servi plus au financement des activités de prévention et de prises en charge des malades atteints de COVID-19 ; de l’alimentation des malades et personnel de soins qu’à l’achat des gros équipements comme : le respirateur, le moniteur et l’aspirateur d’oxygène moyens indispensables pour l’amélioration du niveau du plateau technique ». Telle est la principale conclusion de l’ étude portant sur le « diagnostic du niveau de soutien reçu par les centres de santé de Bamako et les collectivités abritant les sites miniers du Mali en termes d’appui de l’état et des partenaires du Mali pour faire face à la COVID-19 ».

Le 25 février 2021, Abdoul Wahab Diakité, Président de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) a remis à Allaye Touré, Président du Conseil National de la Société Civile, le rapport final de l’étude « diagnostic du niveau de soutien reçu par les centres de santé de Bamako et les collectivités abritant les sites miniers du Mali en termes d’appui de l’état et des partenaires du Mali pour faire face à la COVID-19 ».

« Animée par une volonté inébranlable de transparence, consciente de son rôle de 1er plan dans le combat pour l’accès aux services essentiels des couches les plus vulnérables, la Coalition PCQVP-Mali a initié cette étude dans le but d’éclairer la lanterne des citoyens maliens », a déclaré Abdoul Wahab Diakité. Selon lui, cette activité rentre dans le cadre du projet « COVID-19 : l’impact des mesures sociales du gouvernement au niveau des structures de santé de 3ème référence et des communes abritant les sites miniers au Mali ».

Dans le cadre du plaidoyer, il a indiqué qu’il a été décidé de remettre le rapport de l’étude au Président du Conseil national de la société civile qui siège dans les instances de gestion de la COVID-19 au Mali, afin que les recommandations soient prises en compte pour le bonheur des maliens.

Le rapport de l’Etude remis au Président du Conseil national de la société civile, a dégagé des recommandations qui ont été présentées en 5 axes de plaidoyer, afin de permettre aux acteurs plus d’engagement.

L’Axe 1, recommande le renforcement de la stratégie de réponse dans toutes les capitales régionales du pays à travers l’ouverture des centres de dépistage et l’accentuation des activités d’information et de sensibilisation. Selon le rapport, la mise en œuvre de cette recommandation devra permettre l’installation des centres de dépistage au niveau de toutes les capitales régionales du pays et renforcer les activités de sensibilisation et d’information sur la COVID-19, avec l’implication effective des médias de proximité dans les communes rurales. Enfin, elle devra aussi favoriser une implication des ONG dans les activités de sensibilisation, d’information et d’identification des bénéficiaires des mesures sociales au niveau communautaire.

Quant à l’axe 2, il est recommandé le renforcement du niveau du plateau technique des hôpitaux à travers le fonds de concours (respirateurs, lits de réanimation, moniteurs, aspirateurs et extracteurs d’oxygène…). Selon Issaka Fofana, secrétaire administratif de PCQVP, l’axe 2 demande l’équipement des hôpitaux publics avec les moyens matériels adéquats dans la lutte contre la COVID-19. Il propose aussi de mettre les agents de santé travaillant sur la COVID-19 dans les conditions motivantes de travaille.

En ce qui concerne l’axe 3, il porte sur l’instauration d’un fonds dédié à la prise en charge des épidémies et catastrophes dans les structures sanitaires. "Cette recommandation sera mise en oeuvre d’une part à travers la mise en place d’un budget au niveau des structures sanitaires pour la prise en charge des épidémies et catastrophe dans les structures sanitaires, et d’autre part par l’élaboration d’une stratégie de mobilisation du fonds dédié à la prise en charge des épidémies et catastrophes dans les structures sanitaires", a déclaré Issaka Fofana.

L’axe 4 porte sur le renforcement de l’accès des communautés abritant les sites miniers aux mesures sociales annoncées par le gouvernement. Pour la mise en oeuvre de cette recommandation, l’étude initiée par la Coalition PCQVP, propose d’appuyer les ménages des communautés abritant les sites miniers en céréales et d’appuyer les éleveurs des communautés abritant les sites miniers en aliments bétails.

Enfin dans son axe 5, l’étude recommande de faire l’audit des ressources allouées pour la confection des masques et la communication.

Après avoir reçu ce rapport, Brehima Allaye Touré, Président du Conseil national de la société civile, a félicité la Coalition PCQVP pour son travail qui porte sur la transparence de la gestion des acteurs publics au Mali. Selon lui, le thème de cette étude est d’une importance capitale. "Par rapport à cette pandémie, le gouvernement avait de très grandes ambitions, mais très peu a été fait au profit des communautés. De telle sorte que tous se posent des questions", a-t-il déclaré. Avant de soutenir qu’au-delà des question, la Coalition PCQVP a pris des dispositions pour avoir des réponses à travers une étude.

"Les conclusions de votre étude aideront le Mali à aller plus loin dans la lutte contre la COVID-19", a-t-il déclaré. Avant d’annoncer que le rapport sera remis officiellement au Premier Ministre de la Transition.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav