| |

CNT : Au-delà de sa démission, l’Imam Oumarou Diarra donne une leçon

mardi 8 décembre 2020

« Le CNT actuel ne correspond pas à mes attentes. Il aurait été une réussite après une concertation entre les acteurs cités dans la charte ». C’est par cette déclaration choc que l’imam Oumarou Diarra a commencé son argumentaire pour annoncer sa démission du CNT. Mieux, il a estimé que « la situation du Mali d’aujourd’hui commande un dialogue franc, sincère et inclusif, sans à priori, permettant à toutes ses filles et fils de se donner la main pour relever ensemble les défis actuels et futurs ». Quelle belle leçon ?

A peine installé, le Conseil National de la Transition du Mali vient d’enregistrer une première démission. Et, des voix annoncent d’autres démissions à venir dans les coulisses. Mais, e attendant, il faut retenir qu’en principe l’Imam Oumarou Diarra n’est plus membre du CNT.

Dans une lettre rédigée à la date du 8 décembre 2020 et déposée dans le courrier du Président de la transition le 8 décembre 2020, il a clairement décliné l’offre de sa désignation comme membre du CNT. « Excellence Monsieur le Président de la Transition, Faisant suite à votre décret n°2020-0239/PT-RM portant nomination des membres du Conseil Nationale de la Transition (CNT) en date du 3 décembre 2020, je viens par la présente décliner votre offre », a-t-il indiqué avec précision.

Dans sa lettre démission, l’Imam Oumarou Diarra a estimé qu’il ne lui appartenait pas « d’apporter un commentaire particulier sur le fond et même la forme qui ont précédé à la mise en place de l’organe législatif de la transition, au risque de favoriser d’autres interprétations qui ne sont pas nécessaires à l’heure actuelle ».

Cependant, il dira qu’ « après une longue réflexion qu’il est arrivé à la conclusion que pour être en phase avec ce qui a de plus profonds en lui, le Conseil actuel ne correspond pas à ses attentes ». Il a même estimé qu’il aurait été une réussite après une concertation entre les acteurs cités dans la charte. Et, mieux, il s’est même permis de donner une leçon afin de donner un sens à sa prise de position. « La situation du Mali d’aujourd’hui commande un dialogue franc, sincère et inclusif, sans à priori, permettant à toutes ses filles et fils de se donner la main pour relever ensemble les défis actuels et futurs », a-t-il indiqué.

Mais, qu’à cela ne tienne, il a rassuré les uns et les autres qu’il demeure plus jamais engagé pour la cause de la patrie qui souffre d’une crise multidimensionnelle sans précédent.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav