Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Brigade d’investigations spécialisées : Les éclairages du Magistrat colonel Modibo Georges Keita

lundi 24 décembre 2018

L’atelier organisé du 17 au 21 décembre 2018, à Sélingué, à l’intention d’une cinquante de journalistes par l’Office central de lutte contre les stupéfiants (OCS), en partenariat avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), a enregistré une intervention du Magistrat Colonel Modibo Georges Keita, Chef de la Brigade d’investigations spécialisées (BIS).

« La problématique de judiciarisation des affaires de terrorisme au niveau de la brigade d’investigations spécialisées », est le thème qui a été abordé par le Magistrat Colonel Modibo Georges Keita, Chef de la Brigade d’investigations spécialisées (BIS). Il a axé son intervention sur 5 points, à savoir : historique, organisation et fonctionnement, missions, perspectives et enfin le rôle de la BIS dans la composante police du G5.

Selon lui, c’est par la loi n0 2013-016 du 21 mai 2013, la BIS a été crée comme une unité d’enquête du Pôle Judiciaire Spécialisé. Il dira qu’elle jouit d’une compétence exclusive en matière de terrorisme et de criminalité transnationale organisée et réside dans les locaux du pole judiciaire spécialisé. Il a précisé que c’est en janvier 2017, qu’elle a été rendue effective avec une compétence qui s’étend sur toute l’étendue du territoire national.

Le spécialiste a fait savoir que les enquêteurs de la Brigade d’Investigations Spécialisées font l’objet d’une sélection par voie de concours et ensuite nommés par arrêté pris par le Ministre de la Justice. Partant de cela, il a mis l’accent sur les missions de la BIS qui sont : constater les infractions, rechercher les auteurs et leurs complices en vue de les faire subir la rigueur de la loi. Pour cela, il a indiqué qu’à Bamako, ils ont à leur disposition 50 enquêteurs dont 25 policiers et 25 gendarmes.

Il s’est ensuite prononcé sur les perspectives. D’après lui, il s’agit de mettre en place des antennes régionales, de réviser les textes régissant le Pole Judiciaire Spécialisé, de mettre en place les protocoles d’enquêtes et procédures applicables conformément à la législation malienne, de renforcer la coopération internationale, de renforcer le partenariat avec les autres unités de prévention et de répression du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée.

Cet exposé de M. Keita a permis d’édifier les journalistes sur les brigades prévôtales. Il est clairement dit que la complexité juridique de l’environnement opérationnel impose d’adapter les formats et modes d’actions des troupes aux menaces qui évoluent sans cesse. Par ailleurs, de son exposé, l’on a retenu que la judiciarisation des opérations militaires est un moyen de protection juridique et de prévention des comportements non conventionnels des troupes. Et c’est là où les brigades prévôtales jouent un rôle important. Et, constituent, selon lui, la flèche dans la judiciarisation des actes terroristes.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.