Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Arrêté d’interdiction du Gouverneur de Bamako : Une cinquantaine d’organisation de la société civile l’accuse de mépris des droits constitutionnels et recul de la démocratie au Mali

vendredi 7 décembre 2018

Dans un communiqué conjoint, 51 organisation de défense de droits humains et association de victimes, estime que le Gouverneur a fait preuve de « mépris des droits constitutionnels » et annonce un « recul de la démocratie au Mali ». Lisez l’intégralité du texte !

Communiqué de presse conjoint de 51 Organisations de défense de droits humains et Association de victimes

Bamako, le 07 Décembre 2018 : Nos organisations de défense de droits humains et Associations de victimes condamnent fermement la récente décision du Gouverneur du District de Bamako d’interdire des manifestations et réunions publiques au nom de l’instauration de l’état d’urgence en 2015 qui constitue une mesure disproportionnée et en violation flagrante de la constitution malienne et des engagements internationaux du Mali.

Hier, 06 décembre 2018, le Gouverneur du District de Bamako a fait publier un arrêté (N°057 /GBD.CAB daté du 04 décembre 2018) « portant réglementation de certaines zones et lieux sensibles dans le District de Bamako ») venant interdire toute manifestation dans la plupart des lieux habituellement dévolus à l’expression publique. Cet arrêté intervient après l’annonce de plusieurs manifestations pacifiques dont celle des organisations de défense de droits humains et Associations de victimes prévue le 11 décembre 2018.

Nos organisations considèrent cet acte comme gravissime et attentatoire aux libertés de réunion, d’expression et de manifestation consacrées à l’article 5 de la constitution du Mali et à l’article 20 de la déclaration Universelle des droits de l’Homme qui prévoient le droit à la réunion et association pacifique. L’invocation de l’instauration de l’état d’urgence décrété en 2015 pour interdire de telles manifestations pacifiques, constitue une mesure disproportionnée par rapport à des droits fondamentaux. Cet acte est de nature à mettre en péril la démocratie malienne chèrement acquise en 1991 au prix du sang.

Nos organisations prennent pour témoins l’opinion nationale et internationale de la velléité affichée du Gouvernement du Mali de porter un coup dur aux libertés fondamentales et à la démocratie.

Nos organisations demeurent profondément préoccupées par les atteintes récurrentes aux libertés de presse, d’expression et de manifestation sous le couvert de l’état d’urgence appliqué de façon discriminatoire et sélective.
Nos organisations regrettent en particulier qu’au lieu d’apporter des réponses adéquates, de se montrer ouvert au dialogue face à la contestation sociale actuelle et aux revendications légitimes, le Gouvernement multiplie les réactions, réformes et décisions impopulaires, illégitimes, voire illégales à certains égards.

Nos organisations exhortent le Président de la République, le Premier ministre à engager le dialogue avec toutes les forces vives de la nation, notamment la société civile, les syndicats et les partis politiques de tout bord dans un souci d’apaisement.
Nos organisations restent convaincues que le dialogue social mené de façon pédagogique dans le cadre du règlement des conflits sociaux et politiques est gage d’un climat de paix au Mali et de renforcement de confiance des citoyens dans les institutions.

Fait à Bamako, le 07 décembre 2018

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de