Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Arrestation des leaders de la société civile nigérienne : PCQVP-Mali écrit au Président du Niger Issifou Mahamadou

samedi 21 juillet 2018

Depuis le 25 mars 2018, des leaders de la société civile nigérienne ont été arrêtés, inculpés et placés sous mandat de dépôt pour leurs participations à la marche pacifique contre la loi de finance 2018. Coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP)-Mali a dénoncé cette situation dans une lettre ouverte adressée au Président du Niger. Lisez l’intégralité !

M. Ali IDRISSA, Coordinateur de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) Niger, membre du Conseil d’Administration de PCQVP, et Coordinateur de l’organisation de la société civile nigérienne ROTAB, M. Moussa TCHANGARI, Secrétaire Général de l’ONG nigérienne Alternative Espace Citoyen et M. Idrissa MAMA, membre de la confédération nigérienne des travailleurs, un syndicat associé à ROTAB Niger ainsi qu’une vingtaine de membres de la société civile nigérienne. M. Ali IDRISSA est déporté à la maison d’arrêt de Filingué à 180 km de Niamey et les autres camarades transférés dans différentes prisons du Niger.

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE MONSIEUR ISSIFOU MAHAMADOU, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU NIGER

Le Président de PCQVP-Mali
A
Son excellence Monsieur le Président
de la République du Niger,
Aux bons soins de l’Ambassadeur
du Niger au Mali

Objet : Libération de nos camarades PCQVP-Niger,

Excellence Monsieur le Président,

Nous venons auprès de votre Excellence par cette lettre ouverte, préoccupés que nous sommes et interpellés par la situation de nos camarades arrêtés, inculpés et placés sous mandat de dépôt depuis le 25 mars 2018 pour leurs participations à la marche pacifique contre la loi de finance 2018.

Nous faisons référence à M. Ali IDRISSA, Coordinateur de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) Niger, membre du Conseil d’Administration de PCQVP, et Coordinateur de l’organisation de la société civile nigérienne ROTAB, M. Moussa TCHANGARI, Secrétaire Général de l’ONG nigérienne Alternative Espace Citoyen et M. Idrissa MAMA, membre de la confédération nigérienne des travailleurs, un syndicat associé à ROTAB Niger ainsi qu’une vingtaine de membres de la société civile nigérienne. M. Ali IDRISSA est déporté à la maison d’arrêt de Filingué à 180 km de Niamey et les autres camarades transférés dans différentes prisons du Niger.

En effet, la coalition PCQVP-Mali est une plateforme de 16 organisations de la société civile et elle est la section malienne de la coalition mondiale Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) intervenant dans la transparence de la gouvernance du secteur extractif. En ce sens, nous entretenons des relations de solidarité, de partage et de soutien confraternels avec les organisations sœurs Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) aussi bien au niveau sous régional, qu’international.

Monsieur le Président, le 10 juillet passé, premier jour du procès, le procureur a demandé trois ans de prison pour les trois dirigeants de la société civile mentionnés ci-dessus. La décision finale est attendue par le juge le 24 juillet.
Par la présente, nous apportons notre soutien sans faille à nos camarades en détention.

Monsieur le Président, nous vous interpellons et vous demandons de faire libérer sans délais et sans conditions M. Ali IDRISSA, M. Moussa TCHANGARI, M. Idrissa MAMA et tous les autres acteurs de la société civile détenus dans le cadre de la marche pacifique contre la loi de finance 2018 et à faire respecter la liberté d’expression et d’association de la société civile du Niger.

Excellence Monsieur le Président, nous savons que nous pouvons compter sur votre sens de l’intérêt général et votre parcours politique le démontre à suffisance. Continuer de nous faire rêver au travers des nobles principes et valeurs de démocrate convaincu qui sait positiver les divergences des points de vue dans l’exercice des nobles missions régaliennes qui sont les vôtres aux commandes de la République du Niger dont vous assumer la plus haute responsabilité.

PCQVP-Mali reste et restera solidaire avec ses camarades de lutte pour les voir libéréset nous rejoindre pour la poursuite de notre œuvre commune de promotion de la transparence et de la bonne gouvernance dans les industries extractives, et plus de responsabilité dans les allocations et engagements des dépenses publiques à travers les différentes lois de finances.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

Le Président,
M. Abdoul Wahab DIAKITE

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques