• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    2ème tour de l’élection présidentielle : Modibo Koné du Mouvement Mali Kanou appelle à voter IBK

    « Nous avons analysé les deux candidats en substance notre choix a été porte sur le candidat Ibrahim Boubacar Keita », indique Modibo Koné, dans une déclaration. Lisez ! Cher camarade, Mr les journalistes chers invites Madames et Monsieurs Au regard de la

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Alioune Tine : « l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale ont connu une aggravation de la crise des droits humains en 2017 »

    dimanche 25 février 2018 , par Assane Koné

    La salle de conférence de la Maison de la presse de Bamako a servi de cadre le jeudi 22 février 2018, à une conférence de presse à l’occasion de la traditionnelle présentation du rapport annuel de l’Amnesty International/ Mali. Cette cérémonie était placée sous la présidence de M. Drissa Fomba, président de la section Amnesty International au Mali qui avait à ses côtés Mme Ramata Guissé, directrice exécutive d’Amnesty International au Mali, M. Alioutine Tine, directeur du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et du centre. En présence des ambassadeurs et membres du corps diplomatique accrédités au Mali et de plusieurs autres invités de marque.

    En décembre prochain, Amnesty international fêtera le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme. Le lancement de ce rapport pour la première fois au Mali, est également à inscrire en lettre d’or. En tout cas, pour ce qui concerne l’ensemble de la communauté qui lutte pour la préservation des droits humains. Le rapport a été présenté à la communauté internationale, à travers les organes de presse. Ce rapport est un document de plus de 400 pages et couvre 159 pays et territoire à travers le monde. Le document est disponible pour l’ensemble des défenseurs des Droits de l’homme et autres sympathisants.

    Pour mener à bien son travail, Amnesty et ses experts ont assez souvent mené des enquêtes, ont procédé à des entretiens. Et, ce sont toutes ces étapes qui ont conduit à l’élaboration de ce document.

    Selon Drissa Fomba, président de la section Amnesty International au Mali, une année finie, une autre commence. « Si le nombre de jours est presque le même d’une année à l’autre, la beauté, l’horreur et l’angoisse les différencient fondamentalement », a-t-il déclaré. Selon lui, c’est pourquoi Amnesty est dans cette perspective de rapportage année après année en vu d’amener les gouvernants et tous ceux qui peuvent exercer une quelconque influence sur les Humains à faire leur autocritique en lien avec la joie ou la détresse dont ils se sont rendus coupables au cours de l’année. Ce rapport annuel est aussi l’occasion pour l’opinion nationale et internationale d’être mieux éclairée sur l’évolution des Droits humains ainsi que la vision des décideurs vis-à-vis de ces droits fondamentaux et grâce au travail des médias.

    De sa part, M. Alioune Tine, directeur du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et du centre, a parlé de la situation en matière de droits humains. Selon lui, il ressort des recherches que l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale ont connu une aggravation de la crise des droits humains en 2017. Il a cité quelques exemples qui caractérisent l’évolution de la situation dans la région.

    Pour Mme Ramata Guissé, directrice exécutive d’Amnesty International au Mali, le présent rapport contient des informations recueillies suite aux enquêtes effectuées par les chercheurs d’Amnesty International. Il fait un état des lieux de la situation des violations des droits de l’homme commises dans les régions du nord, du centre et dans le district de Bamako durant l’année 2017. Plus loin, elle dira que le rapport informe sur les exactions perpétrées par les groupes armés, la liberté d’expression, l’impunité, les conditions de détention dans les centres de privation de liberté et enfin du droit à l’éducation.

    Mme Ramata Guissé, a indiqué qu’au Mali, « malgré les violations graves des droits de l’homme constatées dans les régions du nord et du centre du pays et dans le district de Bamako, des avancées ont cependant été observées avec le vote de la loi de protection des défenseurs des droits de l’homme en décembre 2017 et la récente création par les Nations Unis de la commission internationale d’enquête sur les violations des droits de l’homme au Mali »

    Lamine Kané

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce