Version imprimable de cet article Version imprimable | |

APRES LA MORT DE KOUFFA : Le Mali face au risque de représailles ?

mardi 27 novembre 2018

La mort du chef de la Katiba de Macina, Amadou Kouffa, doit être le début du renforcement des dispositifs de sécurité partout à travers le pays, pour éviter d’éventuelles représailles de Jama’at Nusrat al-Islam wal-Muslimin, un groupe djihadiste d’Iyad Ag Ghaly auquel Kouffa avait fait allégeance.

« Je confirme qu’Amadou Kouffa a été tué au cours de l’opération », a déclaré le directeur de la Dirpa, le colonel Diarran Koné. Cette phase vaut son pesant d’or, puisqu’il démontre à quel point la mort du chef de la Katiba de Macina, l’un des proches lieutenants d’Iyad Ag Ghali, chef du groupe djihadiste GSIM (Jama’at Nusrat al-Islam wal-Muslimin) est importante pour les FaMas et Barkhane.

La mort d’Amadou Kouffa est un véritable coup dur pour la mouvance jihadiste (Iyad et ses amis terroristes, Ben Moctar et autres). Puisque le terroriste le plus recherché dans le centre du pays n’est plus, cela ne doit pas nous faire perdre de vue le danger qui reste permanent. Au contraire, elle doit être le début d’une autre bataille. En ce sens que l’ennemi qui a pris un coup très sérieux, va certainement chercher à se venger. Toute chose qui est vraisemblablement vrai. C’est les éventuelles représailles et la volonté de vengeance des combattants du GSIM qu’il faut surtout craindre. Pour prévenir toutes surprises désagréables, le renforcement des dispositifs de sécurité est aujourd’hui une des priorités qu’il faut à tout prix envisagé.

Des instructions pour les patrouilles de grandes envergures, les fouilles systématiques des voitures, des bus, des cars et autres moyens de transports à Bamako et sur les différents axes menant vers l’intérieur du pays, bref les mesures de dissuasion doivent être renforcées. Les entrées des hôtels, les restaurants, les lieux de regroupements, les ambassades doivent davantage être sécurisés avec tact surtout que les fêtes de fin d’années s’approchent. Aussi, une attention particulière et une surveillance des personnes « soupçonnées » de sympathie pour la mouvance jihadiste doit être de mise.

Iyad Ghaly déclarait récemment que son organisation avait été créée comme « organisation parapluie pour les groupes djihadistes actifs au Mali ». Son objectif, affirme-t-il, est de réveiller la Oumma et de la mobiliser pour combattre les Français, leurs partenaires occidentaux et leurs collaborateurs africains jusqu’à ce qu’ils quittent le Mali, afin de pouvoir appliquer la loi de la sharia dans le pays. Iyad n’a cessé de souligner que l’ennemi principal du GSIM était la France, et ses ennemis accessoires les partenaires et collaborateurs de la France en Occident et en Afrique.

Depuis, l’implantation de la Katiba de Macina, les violences intercommunautaires se sont multipliées dans le centre du pays, opposant notamment les Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon. Ces violences ont fait des dizaines de tués tant du coté des civils que des FaMa, la Minsuma ou encore de Barkhane.

Djibril Diallo
ARC-EN-CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de