Version imprimable de cet article Version imprimable | |

50 millions de FCFA à Mahamoud Dicko pour un meeting : Le Gouvernement s’explique

dimanche 10 février 2019

Le samedi 9 février 2019, Amadou Koita, ministre de la jeunesse de l’emploi et de la construction citoyenne et porte parole du Gouvernement, a fait une déclaration suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux relative à l’appui financier proposé par le gouvernement au Haut Conseil islamique qui devait organiser une meeting pour la paix et la cohésion sociale. C’était lors d’un point de presse organisé au centre d’information gouvernemental du Mali (CIGMA). Lisez l’intégralité de la déclaration.

Le gouvernement reconnait avoir octroyé un soutien moral et financier au haut conseil islamique du Mali (HCIM) pour l’organisation d’un rassemblement de recueillement et de prières pour le Mali. Le gouvernement la fait par le passe, pour d’autres évènements et activités du HCIM, comme pour d’autres organisations qui œuvrent à la consolidation de cohésion sociale, de la démocratie et du Vire Ensemble dans notre pays.

Le gouvernement rappelle qu’il est l’objet quotidiennement de sollicitations pour divers appuis émanant d’une variété d’organisations maliennes. Nous avons toujours traité ces demandes avec beaucoup d’égards. En répondant à ces demandes d’aides, il n’a jamais été question d’autre chose que de gestes de solidarité envers des organisations pas toujours dotées de budgets de fonctionnement conséquents. Il n’a donc jamais été l’intention du gouvernement de tenter d’influencer quelque responsable d’aucune organisation.

Le Gouvernement prend donc acte du fait que la rencontre du haut conseil islamique du Mali, du dimanche 10 février 2019, ne requiert pas d’assistance financière et formule ses vœux de réussite à cette rencontre dédiée à la prière pour la paix au Mali.

Toutefois, dans le contexte difficile que traverse notre pays avec notre tissu social qui demande d’être ressoudé, nous appelons l’ensemble des personnalités publiques au sens de la responsabilité. Cet appel à savoir raison garder s’adresse particulièrement aux sentinelles morales que sont nos leaders religieux, les chefs coutumiers, les leaders d’opinion et responsables à divers niveaux, qui aideraient le Mali en prêchant par l’exemple ; par le bon exemple.

Fait à Bamako, le 9 février 2019
Porte-parole du gouvernement
Amadou Koita

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.