Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Lutte contre le Glaucome : Plus de 500 000 personnes atteintes au Mali

vendredi 16 mars 2018

Dans le cadre du lancement des activités de la semaine mondiale de lutte contre le Glaucome du 12 au 15 mars 2018, l’association malienne de lutte contre le Glaucome, à l’instar des autres associations des différents pays concernés, a organisée le lundi 12 mars 2018, une conférence débat avec le slogan « Tous pour le combat contre le Glaucome » et le thème : « l’art de voir ce qui nous échappe ». Cette conférence a été animée par le Pr Lamine Traoré, coordinateur du Programme national de lutte contre la cécité (PNLC). C’était en présence des membres de ladite association, des acteurs concernés, et des partenaires techniques et financiers.

Djoko Keita, président de l’association malienne de lutte contre le glaucome, a expliqué que la tenue de cette conférence sur cette maladie s’inscrit dans un plaidoyer fort auprès de l’ensemble des autorités et décideurs du Mali. Pour cela, l’association a organisée des activités de sensibilisation et d’information sur les médias. Il a rappelé que selon une étude réalisée en 2012, le Glaucome touche à peu près plus de 4,3% de la population malienne. Il dira que ce qui fait du Glaucome un problème de santé publique au Mali. Le président de l’association a ajouté que malheureusement, cette maladie est ignorée, car très méconnue au Mali.

Afin de prendre en charge cette maladie selon lui, « nous avons besoins de l’engagement de tous ». Il a remercié les partenaires techniques et financiers et plus particulièrement l’ONG Sights savers pour son accompagnement.

Lamine Traoré, conférencier, au cours de son exposé, a brossé l’état de la maladie dans notre pays et ses multiples conséquences sur les populations. Le conférencier a fait savoir que le Glaucome est une maladie du nerf qui relie l’œil au cerveau. « Le Glaucome entraine la tension de l’œil qui va couper le câble du nerf. Ce qui provoque la disparition de la vision », a-t-il déclaré. Il a expliqué qu’il n’y a pas de symptôme, la seule manière qui prouve qu’une personne n’est pas atteinte de cette maladie, il faut aller tôt vers la consultation (se dépister) afin de lui donner de traitement de façon précoce. Avant d’ajouter que le Glaucome est héréditaire.

Le conférencier a indiqué qu’il existe plusieurs formes de Glaucome, mais la plus fréquente est appelée Glaucome chronique à englovaire, connue chez les Africains et touche des jeunes de moins de 20 ans. Il a ajouté que c’est un Glaucome qui est souvent très grave. Alors que dans d’autres pays c’est à partir de 40 à 50 ans qu’on peut avoir le Glaucome. Mais chez le sujet noir, c’est beaucoup plus grave et précoce.

En ce qui concerne le traitement contre cette maladie, il dira qu’il est à vie. « Si vous avez le Glaucome, vous devez prendre des gouttes de médicaments pour le mettre dans les yeux durant toute votre vie », a-t-il dit. Il a jouté que la personne atteinte de Glaucome peut être opérée, mais à condition que le patient soit vu à un stade aussi large. « Il n’y a pas de question de guérison en tant que telle, mais une stabilisation », a indiqué le conférencier. Il dira qu’au Mali le taux de personnes atteintes par le Glaucome est estimé entre 500 et 600 000 personnes. Selon lui les dispositions prisent contre cette maladie est la sensibilisation.

Il a lancé un appel vif à l’endroit de la population, aux autorités pour leur implication de lutte contre cette maladie. Il a aussi invité l’Etat à jouer pleinement sa partition dans la lutte contre cette maladie. Pour dire que c’est un problème de santé publique.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !