Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Assurance Maladie Obligatoire : L’Association des assurées de l’AMO outille ses membres

mardi 8 janvier 2019

Le mardi 8 janvier 2019, s’est tenu au Conseil national du patronat du Mali (CNPM), la journée de formation de l’Association des assurées de l’assurance maladie obligatoire (A.AMO). Initiée à l’endroit des membres de ladite association, elle a été placée sous le thème : « Aperçu général sur l’AMO ».

Djibril Bah, chef de service d’immatriculation de la caisse nationale d’assurance maladie (CANAM), représentant du directeur général, a indiqué que lors de cette formation, il sera question de parler des textes régissant l’AMO, les taux de cotisations, d’expliquer les conditions d’affiliations à l’AMO et les perspectives. Selon lui l’objectif principal est de couvrir l’ensemble de la population malienne par une assurance maladie. Il a estimé que cette formation est la bienvenue, car cela permettra de mieux expliquer aux assurées l’assurance maladie obligatoire (l’AMO), d’essayer d’anticiper les problèmes et de trouver les solutions. Aussi, il a salué l’initiative de la mise en place de cette association en vue de défendre les intérêts des assurées et d’appuyer la CANAM. 

Abdoul Kader Coulibaly, président de l’association des assurées de l’assurance maladie obligatoire (A.AMO), a souligné que l’objectif ultime de cette formation, est de s’approprier les textes qui régissent l’AMO, de sa définition à son contenu. Aussi, de se familiariser sur les grandes notions de l’AMO et en retour de transmettre cela dans les exercices quotidiens et de lutter contre la fraude.

Le président de l’association est convaincu que cela permettra de renforcer les capacités d’information, de sensibilisation et de communication des membres du bureau de l’association. Parlant de son association, il a indiqué qu’elle a été créée il y a deux ans, sur la base d’un certain nombre de constats.

« L’association des assurées de l’AMO, il fallait l’a créée pour jouer le rôle d’interface, le rôle d’intersection entre les assurées et la CANAM. Parce que l’assurance maladie obligatoire n’est pas que seulement la facilité, il y a aussi des contraintes et des difficultés que les assurées rencontrent sur le terrain, notamment au niveau de la prestation », a-t-il déclaré avant de conclure.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de