Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Tabital Pulaaku/Ginna Dogon : Pour l’union et la paix au Mali

lundi 29 avril 2019

Le samedi 13 avril 2019, la jeunesse de Tabital Pulaaku et celle de Ginna Dogon ont animé une conférence de presse unitaire. Elle était placée sous le thème : « situation sécuritaire et humanitaire dans la région de Mopti ». C’était à la Maison de la presse.

L’objectif de ces deux plateformes est d’impliquer sérieusement les jeunes de la région de Mopti à limiter la mésentente, la provocation de l’extension de conflits et à trouver une issue rapide à cette crise, afin de reconstruire le pays.

La jeunesse de Tabital Pulaaku et celle de Ginna Dogon ont déclaré que dans cette situation d’insécurité généralisée, le tableau des conséquences humanitaires ne peut être que sombre. Tout en indiquant que la région de Mopti enregistre déjà plus de 60 000 déplacés, plus de 500 écoles fermées, des dizaines de milliers de bétails disparus , des stocks de vivres volés ou partis en fumée, la malnutrition, plus de 3 000 000 de personnes menacées de famine , difficultés de plus en plus grandes de mobilité des personnes et des biens.

Face à cette situation, ils ont indiqué que le gouvernement du Mali, à travers ses structures concernées, notamment la mission d’Appui à la Réconciliation Nationale (MARN), tente tant bien que mal à endiguer le mal. Ils ont rappelé que des missions d’observations et de médiation ont été envoyées, des fora ont été tenus impliquant certains acteurs locaux et associations.

« Devons-nous rester spectateurs devant cet effritement dangereux de la dynamique du vivre ensemble qui a existé entre nos communautés depuis des siècles », est la question essentielle qui a motivé cette conférence de presse. Pour cela, la jeunesse Tabital Pulaaku et Ginna Dogon, disent que non ! Non aux suspicions, la méfiance, aux invectives, à l’amalgame, à la violence dans toutes ces formes.
Ces jeunes ont lancé un appel à tous les femmes, les hommes et les jeunes, pour tirer les leçons de notre passé commun pour que faire prévaloir les valeurs de la démocratie et de l’état de droit. Les médias ont été conviés à une distribution saine de l’information. « Nous devons ensemble œuvrer à ramener et à consolider l’entente et la cohésion sociale partout dans nos villages et hameaux », ont-t-elles indiqué.

Les jeunesses Tabital Pulaaku et Ginna Dogon exhortent, toutes les associations culturelles de Mopti à se donner la main, à intensifier l’information et la sensibilisation auprès de leurs parents afin d’arrêter l’hémorragie. Avant d’estimer que, c’est à ce prix qu’elles réussiront à briser les chaines de la méfiance pour en faire des maillons dans l’instauration de la confiance, gage d’une paix durable.

Toutefois, elles sont convaincues que c’est à l’Etat seul que revient le rôle régalien de protection de tous ses citoyens. Dans ce sens, ils invitent le gouvernement à doubler d’effort pour que son autorité soit exprimée de manière pérenne partout au Mali. Car, c’est dans l’absence de la force étatique que tous ces fléaux arrivent. Aussi, elles exhortent l’Etat à identifier tous les belligérants et à engager un dialogue sincère, inclusif pour une résolution urgente de la crise. Elles invitent l’Etat à accélérer la mise en œuvre du plan du mémorandum élaboré par les associations IR GANDA, Tabital Pulaaku et Ginna Dogon. Ces jeunes ont interpellé leurs camarades à mesurer leurs propos sur les réseaux sociaux et dans les rues. Car, tout propos peut attiser le feu de la haine ou apaiser les cœurs.

« Nous nous engageons désormais à mettre en place un cadre franc d’échange, de dialogue et d’activités pour qu’ensemble, nous puissions apporter notre humble apport à la construction de l’édifice commun. Cela n’est pas un choix, il est un impératif ». Ont-t-elles conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de