| |

Mise en œuvre des ODD au Mali : La Société civile malienne publie son rapport alternatif très critique

lundi 26 septembre 2022

A 8 ans de 2030, date butoir de l’atteinte de la mise en œuvre des ODD, la Plateforme nationale de la société civile malienne pour le suivi des ODD, vient d’élaborer un rapport alternatif de la société civile. Le 9 septembre 2022, le document était au centre d’un atelier de restitution financé par Water Aid, au siège du Conseil National de la société civile du Mali.

Le rapport alternatif 2022 de la société civile du Mali sur l’état de mise en œuvre des ODD au Mali est sans appel. Il a fait un certain nombre de constats qui traduisent les difficultés et autres défis à relever dans les 8 années à venir, pour être au rendez-vous de 2030.

Dans sa présentation, Sory Ibrahim Monékata, le Consultant qui a conduit l’étude, a indiqué que l’évaluation a permis de faire des constats principaux. Il a estimé que le niveau de performance général des ODD est très faible au Mali. Avant d’ajouter que la gestion de la mise en œuvre des ODD souffre d’un manque de transparence et de redevabilité notoire. Selon lui, les mécanismes de suivi évaluation et de rapportage des ODD ne sont pas opérationnels ou sont inefficaces dans l’ensemble. Le consultant a aussi indiqué que la mise en œuvre des ODD au niveau sous national ou infranational (régions, cercles, municipalités) est très insuffisante et constitue un handicap majeur à l’atteinte des ODD, dans la mesure où la grande majorité des maliens résident au niveau sous régional. Il a ajouté que par rapport aux domaines transversaux, bien que des efforts remarquables soient en cours pour la prise en compte du genre au Mali, la prise en compte de la dimension équité fait défaut, pour la simple raison que les besoins des personnes handicapées et leurs associations ne sont pas suffisamment pris en compte dans la poursuite des ODD au Mali.

Il a précisé que le rapport alternatif de la société civile malienne, évalue les domaines principaux avec une évaluation qualitative, suivie de recommandations en lien avec chacun des 17 ODD. « L’évaluation de ces domaines par la société civile permet à l’Etat et aux Partenaires techniques et financiers d’orienter les efforts et les ressources vers les priorités, pour assurer l’inclusion de toutes les couches sociales, notamment les plus vulnérables, et de ‘’ne laisser personne pour compte’’ dans la mise en œuvre des ODD au Mali », a-t-il déclaré.

Le consultant a ensuite levé un coin du voile sur les recommandations. Dans son rapport alternatif, la société civile recommande l’amplification des efforts pour relever le niveau de performance des ODD prioritaires pour la société civile au Mali (ODD 3 : Bonne santé et bien-être ; ODD 4 : Education de qualité ; ODD 6 : Eau potable et assainissement ; ODD 2 : Faim zéro ; ODD 1 : Pas de pauvreté ; ODD 16 : Paix, justice et institutions efficaces). Elle a aussi recommandé d’assurer une communication et une gestion des politiques, programmes et projets relatifs aux ODD qui puissent assurer une transparence et redevabilité du niveau national jusqu’au niveau municipal. Il est aussi recommandé d’accélérer les processus d’harmonisation des indicateurs et cibles des ODD avec ceux des politiques nationales (CREDD) et municipales (PDSEC) et mettre en place ou redynamiser des Comités-mixtes de suivi, évaluation pour examiner périodiquement les rapports de mise en œuvre des ODD, du niveau national au niveau municipal. Il est aussi demandé d’inclure les ODD et leurs cibles ou indicateurs pertinents dans les PDSEC des municipalités au Mali et prospecter des modes de financement innovant pour soutenir financièrement la mise en œuvre des actions des ODD.

La société civile malienne recommande de faire en sorte qu’en plus du genre, l’équité et l’inclusion aient un ancrage institutionnel et opérationnel dans l’adoption des lois, politiques et programmes, dans tous les secteurs de développement au Mali. Elle a souhaité la mise en place d’un comité conjoint constitué de représentants des Organisations des personnes vivant avec un handicap (OPH), de la société civile, du Gouvernement, des PTF, les Instituts de recherches et du secteur privé, pour analyser les besoins évoqués par les OPH et les Personnes vivants avec un handicap dans ce rapport alternatif pour tous les ODD, et adopter une feuille de route pour leur mise en œuvre.

Enfin, il est recommandé de réaliser des études plus avancées sur la qualité de l’implication de la société civile, comment assurer la transparence et la redevabilité dans le processus de mises en œuvre des ODD pour tous les acteurs clefs et comment redynamiser les mécanismes de suivi, d’évaluation et de rapportage.

Pour sa part, au nom de la Plateforme nationale de la société civile malienne pour le suivi des ODD, Mme Barry Aminata Touré a lancé un appel vibrant au Gouvernement du Mali, aux Partenaires Techniques et Financiers, en particulier aux agences du système des Nations Unies, et au Secteur Privé au Mali de s’approprier du contenu et des recommandations du présent rapport, afin de donner au Mali la chance d’être au rendez-vous des ODD à l’horizon 2030.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav