| |

LUTTE CONTRE LA DENUTRITION : Dans une planification stratégique, Right2Grow Mali se donne les moyens d’atteindre ses objectifs

jeudi 20 janvier 2022

Réunis dans le cadre d’un atelier de planification stratégique, les acteurs de mise en œuvre du Programme Right2Grow Mali, se sont donnés un tableau de bord pour conduire des activités de nature à mobiliser les décideurs au niveau national, régional, cercle, communal et les partenaires financiers et techniques, à côté des communautés à la base pour prendre à bras le corps les problèmes de nutrition, d’eau et d’assainissement.

Réfléchir aux résultats de l’étude de base ; adapter et valider la théorie de changement du Mali ; fixer des objectifs et compléter le cadre de résultats ; préparer les éléments clés de la stratégie de plaidoyer et partager le plan de communication du programme, sont les grands points qui ont été inscrits au centre de l’atelier de planification stratégique 2022 du Programme Right2Grow Mali. C’était du 17 au 21 janvier 2022, à l’Hôtel Colibris.

« Le Mali continue de faire face à une situation nutritionnelle préoccupante avec des taux de malnutrition alarmants », a déclaré Magloire Bunkembo, Directeur pays adjoint d’Action Contre la Faim au Mali. Il a ajouté, sur la base la SMART 2021, qu’un enfant sur 10 souffre de la malnutrition aiguë et 25 pourcents des enfants de moins de 5 ans sont atteints de malnutrition chronique. « La malnutrition aiguë constitue l’une des premières causes de morbidité et de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans du fait de sa sévérité », a-t-il indiqué. Avant de préciser qu’une femme sur dix (10 %) souffre d’émaciation dont 3 % sous la forme modérée ou sévère. Pire, il dira que 31 sur 51 Cercles (soit 61%) sont en situation critique (Phase 4), tandis que 14 sont en situation sévère (Phase 3) en raison d’une augmentation de la MAG due à l’aggravation des problématiques d’insécurité et de difficultés d’accès aux soins de santé et nutritionnels, l’accès à l’eau, à des systèmes d’assainissements adéquats, des déplacements de populations, de l’accroissement anticipé de l’insécurité alimentaire.

« Plus de 9% de la population seront en insécurité alimentaire en période juin à août 2022 selon le cadre harmonisé », a-t-il déclaré. Et, pour compliquer d’avantage la situation, il a annoncé que sur le plan du financement de la nutrition, il est noté un gap de 54%. « Les ressources reçues des bailleurs en 2021 n’étaient pas assez pour répondre aux besoins vitaux des plus vulnérables », a-t-il regretté. Avant de s’inquiéter : « Si la nutrition n’est pas financée, par exemple, la prise en charge nutritionnelle, pour environ 959 305 enfants, dont 247 088 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et 712 216 enfants de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition aiguë Modéré, sera interrompue ». Face à ce tableau dramatique qui s’annonce, il a encouragé le gouvernement à mettre en œuvre ses engagements récents pris dans le cadre du sommet international Nutrition for Growth tenue au Japon en décembre 2021.

Pour ce qui concerne l’eau, hygiène et l’assainissement, il a estimé qu’en dépit des efforts fournis en lien avec les engagements SWA et AfricaSan, la part du financement du WASH continue d’être en dessous de 5% du budget national (de 3,52% en 2019 à 3,62% en 2020).

C’est dans un tel contexte qu’ Action contre la Faim coordonne depuis janvier 2021 la mise en œuvre du programme Right2Grow au Mali, dans un consortium constitué avec World Vision Financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays, il couvre la période 2021-2025 et s’est fixé la mission importante d’amener les décideurs à s’attaquer conjointement et efficacement à la dénutrition d’une manière multisectorielle, sensible au genre et inclusive dans 24 communes de quatre district sanitaires du Mali : Kayes, Bamako, Sikasso et Koulikoro.

Dans le cadre du programme Right2Grow, les deux ONG internationales collaborent étroitement avec six ONG, OSC (organisation de société civile) nationales. Ce sont : L’Association Malienne pour le Développement communautaire (AMADECOM), l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD), la Coalition Nationale de la Campagne Internationale pour l’Eau et l’Assainissement (CN-CIEPA), le Groupe Suivi Budgétaire (GSB), l’œuvre Malienne d’Aide à l’Enfance du Sahel (OMAES) et l’Association Malienne Pour la Protection de l’Environnement ‘’STOP-SAHEL".

« Ces derniers mois dans le cadre de la mise en œuvre de Right2Grow, nous avons adopté notre document de gouvernance, enclenché les activités dans les 24 communes des trois régions à savoir Kayes, Koulikoro, Sikasso et le District de Bamako, et nous disposons d’une étude de Base, d’un manuel de veille citoyenne sur le plan thématique et du suivi budgétaire, etc.. », s’est félicité Magloire Bunkembo.
Sur la base de l’un des principes importants du programme qui est la gestion adaptative, il dira que l’atelier de planification stratégique 2022 se tient pour permettre de réfléchir sur les résultats de l’étude de base, d’adapter et valider la théorie de changement du Mali, de fixer des objectifs et compléter le cadre de résultats, de préparer les éléments clés de la stratégie de plaidoyer et de partager le plan de communication du programme.

« Je ne doute pas de votre capacité à nous livrer les meilleures propositions pour remporter plus de victoires contre la malnutrition des enfants de moins de 5 ans au Mali parce que chaque enfant a le droit d’atteindre son plein potentiel », a-t-il conclu.
Pour cet exercice, le Directeur adjoint pays de Action Contre la Faim au Mali, était accompagné par Issaka Issoufou, Directeur administratif et financier de World Vision, qui a représenté son Directeur pays à la cérémonie.

Dans le cadre de cet atelier de planification stratégique, les acteurs se sont d’abord assurés qu’ils avaient une compréhension commune des objectifs du partenariat Right2Grow et de la théorie du changement. Ils ont réfléchi sur les résultats de l’étude de base (du point de vue de la Théorie du changement du Mali).

Ils ont ensuite adopté et validé la théorie du changement ; avant de procéder à la définition des objectifs et du cadre de résultats. Les acteurs ont ensuite procédé à une planification détaillée. Et, ont procédé à la confirmation des priorités pays pour les différents domaines thématiques.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav