Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée de l’ordre des pharmaciens du Mali : La lutte contre les faux médicaments au centre des préoccupations

lundi 17 octobre 2016

« L’autorisation de mise sur le marché des médicaments, communément désigné ‘’AMM’’ », a été le thème inscrit au centre des débats de la 16ème journée de l’ordre des pharmaciens du Mali. Cette journée a mobilisé plusieurs pharmaciens du Mali et s’est tenue le samedi 15 octobre 2016 à Azalai Hôtel Salam de Bamako.

La cérémonie d’ouverture des travaux s’est déroulée sous la présidence du représentant du ministre de la santé et de l’hygiène publique, en présence du Président du conseil de l’ordre des pharmaciens du Mali (Cnop), Dr Abdou Doumbia. Etaient également présents, la présidente de l’intersyndical des pharmaciens d’Afrique (Ispharma) Dr Kady Cissé, le gouverneur du District de Bamako, Mme Sacko Aminata Kane et plusieurs pharmaciens et des personnalités de marque.

Cette journée est une tradition pour le conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP), qui est vieille d’une quinzaine d’années. A travers cette journée, le Cnop voulait valoriser la profession des pharmaciens et aussi sensibiliser la population sur les méfaits des médicaments et d’autres produits sanitaires.

Elle fut une belle occasion pour les pharmaciens de se retrouver avec les autorités sanitaires, les autres professions sanitaires pour débattre des questions relatives à la profession.

Le Président du conseil de l’ordre des pharmaciens du Mali(Cnop), Dr Abdou Doumbia a salué la présence remarquable des invités qui traduit, selon lui, l’intérêt que ceux-ci portent non seulement sur la profession des pharmaciens mais aussi sur la santé publique au Mali.

Il est revenu sur les missions qui leur sont assignées en vue de protéger la santé publique.

Dans le cadre de cette journée, des émissions grand public, des interviews et des jeux concours ont été organisées avec la presse publique et privée afin de sensibiliser les populations sur le rôle de l’ordre et les conséquences des faux médicaments.

Dr Doumbia a indiqué que le conseil a représenté le Mali au Sénégal, en France, Tunisie et Cote d’ivoire. A l’en croire, « ces déplacements ont permis d’aller expliquer aux organisations internationales que les différents traités signés par notre pays dans le domaine pharmaceutique sont respecté. ». Le président du Cnop a déclaré que « l’ordre des pharmaciens est résolument inscrit dans une dynamique d’innovation et de progrès qui bénéficient aux patients, avec la volonté de servir l’intérêt général ».

Pour ce qui est de l’opération « porc- épic » financée par l’interpole international, le président du Cnop a souligné qu’elle a eu lieu dans toutes les villes programmées, sauf Bamako. Néanmoins, il est convaincu que l’union fait la force. « Nous sommes convaincus qu’en conjuguant nos efforts nous pourrons mieux protéger la population contre ce crime organisé qu’est la vente des faux médicaments », a souligné Dr Abdou Doumbia.

Pour sa part, le gouverneur du district de Bamako, Mme Sacko Aminata Kane a estimé que l’opération d’assainissement des voies publiques rime bien avec la sauvegarde de la sécurité et de la santé de la population. Car selon elle, « certains CS Réf disent que le nombre de paludéens a diminué cette année par rapport à l’année dernière. Cette diminution serait consécutive probablement à l’opération d’assainissement qui a entrainé la disparition de certains nids de moustiques », s’est-t-elle félicité.

La présidente de l’intersyndical des pharmaciens d’Afrique (Ispharma), Dr Kady Cissé dira que le thème de cette édition interpelle à plus d’un titre. « Tout médicament avant d’être mis à la disposition des populations, doit répondre à une exigence : l’obtention d’une AMM. Cette AMM garantit la qualité, la sécurité et l’efficacité d’un médicament dans les conditions d’utilisations précises », a fait savoir la présidente de l’Ispharma.

Plus loin, elle a ajouté que pour mieux appréhender la production et l’utilisation rationnelle des médicaments, « les états membres de l’Uemoa ont adopté le règlement N°02/2005/CM/UEMOA relatif à l’harmonisation de la réglementation pharmaceutique en termes d’enregistrement, de renouvellement et de variation. Ceci est un premier pas. ». « Nous devons arriver à une procédure de reconnaissance mutuelle. Cela voudrait que quand un dossier est déposé auprès de l’autorité de réglementation d’un des états membres, une fois l’AMM obtenue, celle-ci peut être étendue à l’ensemble des pays membres nonobstant le paiement des droits d’enregistrement pour chaque pays.

Toutefois, elle a insisté que « l’obtention d’une AMM n’est pas la seule étape importante pour un produit pharmaceutique à usage humain, il faudrait aussi que nos états renforcent les commissions de pharmacovigilance pour le suivi de la phase post-AMM », a préconisé Dr Kady Cissé, Présidente de l’Ispharma.

S’agissant du représentant du ministre de la santé et de l’hygiène publique, il a indiqué que le thème de cette édition est un indicateur très important de la régulation du système pharmaceutique nationale. Car, selon lui, il traduit la volonté des organisateurs à partager avec la population son ambition de mettre à sa disposition des médicaments de qualité. Il a réitéré le soutien du département de la santé et de l’hygiène publique au Cnop dans son combat de tous les jours.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav