Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Festival International du triangle du Balafon : La 8ème édition a vécu

lundi 13 février 2017

Du 9 au 11 février 2017, Sikasso, capitale de la 3ième région du Mali, a vibré au rythme du balafon à l’occasion de la huitième édition du Festival International du Triangle du Balafon.

La cérémonie d’ouverture de cette édition, qui signait le retour du festival après cinq ans d’interruption, a été marquée par une grande mobilisation des acteurs de la culture, des autorités locales, de la population de Sikasso et surtout de personnalités venues de Bamako et des pays amis. Ainsi, on comptait la présence à Sikasso des ministres de la Culture du Burkina Faso et du Sénégal, de l’Ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Mali et de chefs de délégations de la Guinée.

La 8ème édition du Festival International du Triangle du Balafon a vécu au rythme d’un programme dense qui se fixait comme objectif de pérenniser et de promouvoir le balafon en tant qu’instrument traditionnel de musique et moyen d’expression culturelle qui participe au renforcement de la fraternité sous régionale et à la valorisation de la diversité culturelle.

L’organisation de cette 8ième édition du Triangle du Balafon, dans le contexte connu de tous, était un défi à relever pour le Mali, mais aussi pour les pays amis qui ont en partage ce patrimoine commun qu’est le balafon. Madame le Ministre de la Culture du Mali, lors de la cérémonie de clôture, en saluant les réussites de l’organisation, a tenu à féliciter les commissions qui étaient à pied d’œuvre pour son organisation : « Chacun à son niveau à jouer le rôle qui était le sien, pour que le bilan que nous faisons cet après midi soit si gratifiant à nos yeux. Je voudrais nous inviter à capitaliser cette édition pour que la neuvième et les suivantes soient à hauteur de souhait encore. »

Cette édition, de par la participation des amis du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et du Sénégal, a inscrit davantage le Festival du Triangle du Balafon dans cette ambition d’internationalisation de l’événement.

La compétition a consacré le groupe malien BANZANI TERA qui remporte le 1er prix « LAMISSA BENGALY ». Le deuxième prix, celui de « l’Intégration » revient au Burkina Faso avec le groupe BOLOMAKOTE. Le trio est complété par la Côte d’Ivoire dont le groupe KEIBAFON remporte le prix de la « Ville de Sikasso »

La cérémonie de clôture a enregistré une mention spéciale de remerciements aux autorités locales, aux sponsors et partenaires, ainsi qu’au Gouvernement du Mali, pour avoir relevé le défi logistique et sécuritaire. Rendez-vous est donc pris pour la neuvième édition à Sikasso.

Pour plus d’informations
kebyac@hotmail.com
malibiennale@yahoo.fr
+223 63 39 15 66 / 20 01 50 00
Plateforme numérique du Ministère de la Culture
www.culture.gouv.ml
Facebook : @culture.ml
Twitter : @Min_Culture_ML

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques