Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Biosécurité/Bio sûreté : Le Mali se dote d’un projet d’instrument juridique et administratif

mardi 2 avril 2019

Dr Adama Baridian Diakité, conseiller technique au ministère de la santé et de l’hygiène publique, a présidé le mercredi 27 mars 2019, l’ouverture de l’atelier de validation de la phase II des avant projets de textes pour la mise en œuvre d’un cadre national de Biosécurité et de Bio sûreté au Mali. Cet atelier a été organisé conjointement par l’Association Malienne de Biosécurité et de Bio sûreté (AMBIOS), la fédération internationale des associations de biosécurité, l’agence de la santé publique du Canada. Il a bénéficié de l’assistance technique de VERTIC. C’était à l’hôtel Azalai Grand Hôtel de Bamako.

L’ouverture des travaux de la phase II de ce projet, a enregistré la présence du Pr Djibril Sangaré, président de l’AMBIOS, Pr Saidou Tembély, Coordinateur du groupe national de travail, et la représentante de l’ambassade du Canada.

Pr Djibril Sangaré, président de l’AMBIOS, a indiqué que ce projet sur l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre national global de Biosécurité et Bio sûreté, a été pour rappel lancé officiellement en janvier 2017. Il vise à doter notre pays d’un projet d’instruments juridique et administratif pour prendre en charge les questions liées à la gestion globale des risques biologiques. D’après lui, au cours de la présente phase II du projet, l’appui et l’accompagnement technique de " Verification Research, Training and Information Centre" (VERTIC) a contribué à renforcer les aspects techniques relatifs aux questions juridiques et réglementaires des différents textes du cadre.

Depuis le lancement du projet, plusieurs activités ont abouti à des documents de synthèses et recommandations. Selon lui, ces actions et activités ont été menées par le Groupe National de Travail, constitué de membres provenant d’une dizaine de ministères clés tous concernés par la question de la biosécurité et de bio sûreté. Il dira que ce groupe se distingue par son aspect multisectoriel et multidisciplinaire et qu’il est bien à propos par rapport à ce présent projet Il. Il s’agissait pour le groupe de s’approprier pleinement dans un premier temps des outils et stratégies modernes pour l’analyse fine des documentations existantes par la méthode analytique enseignée par l’agence de santé publique du Canada (PHAC).

Dr Adama Baridian Diakité, conseiller technique au ministère de la santé et de l’hygiène publique, a révélé que plus de 80 % des pays dont le Mali ne répondent pas aux exigences du Règlement Sanitaire International (RSI). Et, pour illustrer cette statistique, la mission d’évaluation des Performances des Services Vétérinaires (PVS) au Mali en 2007 a permis de souligner d’importants écarts dans le secteur de l’élevage.

Dr Diakité a constaté que dans le contexte de l’émergence et de la réémergence des maladies infectieuses, de la résistance aux antimicrobiens, des épidémies de portée internationale à germes hautement pathogènes, la manipulation de plus en plus fréquente desdits germes parmi lesquels les virus responsables des fièvres hémorragiques dans certains de nos laboratoires et la présence de groupes « djihadistes » dans la partie septentrionale et au centre de notre territoire, qu’il sied de doter notre pays d’une législation forte, et de normes de pratiques et lignes directrices, en vue de garantir la sécurité des travailleurs d’une part, et d’autre part prévenir l’utilisation malintentionnée, voir à des fins de bioterrorisme de ces micro-organismes.

Toutefois, en vue de mettre en place les capacités essentielles du règlement sanitaire international, différentes stratégies ont été pensées ou sont en train d’être mises en œuvre dans le pays parmi lesquelles : l’implémentation du plan d’action du programme de sécurité sanitaire mondiale, le plan d’action de correction des écart constatés suite à l’évaluation conjointe de l’OMS et du RSI, le vaste chantier de réforme du système de santé engagé par le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, la création et l’opérationnalisation d’un département des opérations d’urgence de santé publique, l’élaboration de différents plans multirisques par le Département de la sécurité et de la protection civile : L’institutionnalisation et le lancement de la plateforme Une Seule Santé ou One Heath par le Premier ministre en juin 2018.

« Aucun service public aujourd’hui, au Mali ne gère de façon spécifique et efficace les biorisques », a-t-il révélé. C’est pourquoi, le MSHP voudrais témoigner toute sa fierté à cette jeune association, qui avec une expertise avérée est en train d’appuyer le Gouvernement à atteindre l’un des objectifs phares de l’Agenda de sécurité sanitaire mondiale à savoir, l ‘élaboration du cadre national de Biosécurité et Bio sûreté. MSHP s’engage à continuer à vous accompagnez pour un bon aboutissement des dernières étapes de la phase 2, dont l’acquisition du financement auprès du bailleur témoigne encore une fois de votre sérieux et des excellents résultats engrangés.

Pour sa part, le Pr SaidouTembély, coordinateur du groupe national de travail, a ajouté que la biosécurité et la bio sûreté constituent une composante essentielle du programme mondial de la sécurité sanitaire. Selon lui les activités de l’AMBIOS s’inscrivent parfaitement dans le cadre de la stratégie du programme des affaires globales Canada (GAC) visant à renforcer la sécurité biologique mondiale adoptée au cours de la présidence G7 du Canada en 2010.

A ses dires la phase deux qui est en cours, consiste à l’élaboration des projets de textes, à la suite des recommandations formulées au cours de la 1ère phase. Ces textes sont relatifs à l’élaboration d’un avant-projet de loi sur la biosécurité, la création d’une agence nationale de biosécurité et de bio sûreté, l’élaboration des normes maliennes de biosécurité et de bio sûreté. Pour ce faire dit-il, trois sous-groupe ont été constitués pour l’élaboration desdits textes qui ont fait d’intenses activités de rédactions et d’analyse au sein de chaque sous-groupe.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.