• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Une démonstration de force contre l’imposture et la récupération politicienne

    jeudi 5 avril 2018 , par Assane Koné

    A l’appel des acteurs citoyens et des leaders de communautés du Cercle de Keniéba, plus de 20.000 manifestants ont pris d’assaut la Place Bantan Keita de Keniéba pour dénoncer l’acte qui a été posé à travers cette démarche inspirée et conduite par les élus des populations de Keniéba et de la nation malienne, Boubacar Sissoko et Aïssata Haidara en constituant une délégation pour venir remercier le Président de la République pour ces nombreuses « réalisations dans le Cercle de Keniéba » et lui « apporter le soutien des populations » qui « souhaitent » qu’il brigue un second mandat.

    Action Solidarité Faléa 21 a apporté son soutien total à cette action de protestation contre cette action politique frauduleuse, inacceptable et inqualifiable. Elle a envoyé son Directeur Exécutif Nouhoum Keita à cette manifestation. Ce soutien de ASFA 21 aux populations de Keniéba s’explique par plusieurs raisons :

    - L’absence d’une démarche de concertation démocratique, inclusive de l’ensemble des acteurs politiques, sociaux, culturels et institutionnels du Cercle à cette initiative ;
    - Une volonté délibérée d’exclusion des populations et d’affichage d’un mépris royal à leur égard dans le débat qui engage leur avenir et celui de la nation, la manipulation des consciences, le déni des réalités et le mensonge politique flagrant, durement et dramatiquement vécu depuis des décennies par les populations du Cercle de Keniéba quotidiennement confrontés aux problèmes de santé, d’eau potable, d’électricité, d’éducation, d’enclavement, d’emploi et de manque de revenu régulièrement signalé aux autorités et aux élus qui ont toujours fait des promesses mielleuses pour ensuite s’évanouir dans la nature ;
    - L’instrumentalisation politique des acquis des luttes multiples des acteurs citoyens, des élus locaux et des acteurs institutionnels (autorités administratives, services techniques, autorités traditionnelles villageoises et des leaders communautaires) sur tous les fronts pour le développement local durable du Cercle de Keniéba, à des fins politiciennes consistant à apporter un soutien en leurs noms à un candidat potentiel à la prochaine élection présidentielle, sans leur avis, consentement, ni même information. Ce qui constitue un acte attentatoire à la liberté politique de tout citoyen de choisir soi-même et en toute liberté celui qui répond le mieux à ses aspirations (Cette liberté de choix est garantie par notre constitution et consacrée par le principe, un homme, une voix. Pour cela, Il n’y a pas de substitution possible !

    ASFA 21 est extrême indignée face à cette fraude politique d’autant plus qu’aucun des deux élus du Cercle n’a accompagnés à une étape ou à une autre, ses luttes pendant les cinq dernières années. Plus précisément dans le cadre du désenclavement de la Commune Rurale de Faléa avec la mise à l’eau du bac automoteur sur la Falémé et l’aménagement de la route. Le député porte-parole a attribué ce désenclavement au Président de la République alors même qu’il est le résultat d’une lutte organisée, systématique, menée par les ressortissants de la Commune, appuyés par les élus du Conseil de Cercle de Keniéba et la Commission des Transports et du Désenclavement de l’Assemblée.

    Les deux élus de Keniéba était aux abonnés absents à toutes les étapes de la lutte pour l’installation du bac et l’aménagement de la route. D’ailleurs, une seconde phase de cette lutte a commencé depuis plusieurs années visant à poursuivre le désenclavement de la route jusqu’à la frontière de la Guinée et à protéger les ouvrages qui sont fortement menacés depuis plusieurs années par l’érosion. Et depuis trois ans, ASFA ne cesse d’attirer l’attention des autorités pour l’entretien de ces ouvrages.

    Derrière cette action des élus, une intention apparaît clairement : C’est une démarche de travestissement du processus de consultation démocratique d’une campagne loyale en suscitant des allégeances pour fausser le futur vote des citoyen avec à la clé, le gaspillage des ressources publiques, la confiscation des medias publics, le matraquage quotidien de l’opinion des citoyens par des techniques d’enfumage des esprits d’intoxication et de diversion, provoquant un tel dégoût amenant les citoyen à se détourner de l’animation de l’espace politique.

    La lutte engagée à Keniéba doit se poursuivre pour qu’enfin la vie change pour les populations de cette localité. Cela passe par le choix libre et volontaire d’hommes crédibles, moralement intègres et engagés pour le développement local durable, la sécurité, la santé et l’épanouissement de ses populations.

    Pour ASFA 21, nous ne devons plus jamais accepter qu’on parle en notre nom et qu’on nous manipule. On acculte la triste et affreuse réalité du quotidien des populations par des courtisans politiques et autres personnages véreux, pour des fins individuelles égoïstes et inavouables. L’avenir du Cercle de Keniéba doit être choisi souverainement par les citoyens de Keniéba et non pas par des imposteurs de tout acabit.

    C’est pourquoi, les populations ont infligé un cinglant désaveu à leurs élus. Elles ont solennellement rejeté les conclusions de cette mission de Bamako, et se sont désolidarisées à toute initiative de leurs élus pour le reste de leur mandat.

    Des mesures conservatoires seront également prises au sein des organisations respectives comme le Haut-Conseil Islamique, les organisations de femmes à l’encontre de ceux qui sont venus à Bamako en leur nom et sans leur accord.

    https://www.facebook.com/nouhoum.ke...

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce