| |

APRES L’ANNONCE DU DEPART DE BARKHANE… : Compter que sur soi même

lundi 21 février 2022

En 2013, face à la dégringolade des militaires maliens pour contrer l’avancée des djihadistes en direction du sud, le président de la transition, Dioncounda Traoré, avait fait appel aux forces françaises. L’opération a porté le nom Serval puis Barkhane. Neuf ans après, s’il est difficile de parler d’occupation du territoire comme ce fut en 2012, plusieurs localités du pays sont en proie à l’insécurité grandissante voir une absence de l’Etat.

Pendant neuf ans, les FaMas étaient sous tutelle des forces françaises et européennes. Il était impossible pour nos militaires d’entreprendre quoi que ce soit sans l’aval des forces étrangères qui leur servaient de « guide ». Les jeunes soldats engagés se servaient des plans de guerre mis à leur disposition par Barkhane ou Takuba. Toute chose qui les causait des pertes en vie avec un lot considérable de blessés. Nos militaires, malgré leur courage et leur détermination, n’avaient rien à envier à un aveugle perdu dans un désert et qui s’effraient un chemin.

Neuf ans après, voilà que la même armée après l’annonce du départ des forces françaises et européennes, confie « son sort » ou du moins sa « survie » à une autre puissance : Les forces russes ou Wagner.

Quelle est cette garantie que les autorités maliennes ont reçu de cette force étrangère pour aider les FaMas à lutter contre les terroristes ? Quand en est-il de sa durée au Mali ?

Avec l’annonce du départ des forces française et européennes, la carte russe ne semble-t-elle pas être la dernière alternative pour lutter contre les terroristes au Mali ?

A l’absence de Barkhane, (qui les assiste), nous voyons mal les forces du G5 Sahel et la Minusma s’hasarder pour des sorties risquées. Devrions-nous, nous laisser à tout moment entre les mains d’autrui ?

Il revient aux autorités militaires d’être plus imaginatives pour trouver des alternatives pour mieux sécuriser les maliens.

Moussa Doumbia
(Enseignant, Baco-djicoroni)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav