Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Transition au Mali : Le Colonel-major à la retraite M’Ba Daou nommé Président

lundi 21 septembre 2020

Le lundi 21 septembre 2020, un Collège de 17 membres composé de 7 membres du CNSP, 2 représentants du M5-RFP, 1 représentant du Conseil National de la Société Civile, 1 représentant du Conseil National des Jeunes, 1 représentant des Associations et Organisations féminines, 1 représentant de la Fédération des Personnes Handicapées, 1 représentant des Organisations syndicales, 1 représentant des Mouvements signataires, 1 représentant des légitimités traditionnelles, et 1 représentant des maliens de l’extérieur, a désigné le Colonel-Major à la retraite M’ba Daou, comme Président de la transition malienne. Il est secondé par un vice-président en la personne du Colonel Assimi Goita, Président du CNSP.

Depuis le coup de force du 18 août 2020, mené par d’éléments de l’Armée malienne, regroupés sous la bannière du Comité national du Salut du Peuple (CNSP), le Mali n’avait plus de Président. Dans la nuit du 17 au 18 août 2020, IBK a démissionné de son poste de Président, mais avant, il a dissout l’Assemblée nationale et le Gouvernement. De tergiversation en tergiversation, les hommes forts de Bamako, regroupés au sein du CNSP, ont fini par admettre qu’il leur sera impossible de garder le pouvoir pour gérer la transition.

Tout comme le CEDEAO, commise par la Communauté internationale pour faire la pression sur les militaires, une bonne partie de la population malienne pour un certain nombre d’inquiétudes (l’embargo et le risque de voir le pouvoir kaki confisqué le pouvoir), n’ont pas caché leur aversion de voir des hommes en tenue diriger la transition au Mali.

Aujourd’hui, c’est pratiquement chose faite. L’annonce a été faite par le Colonel Assimi Goita lui-même. En effet, depuis la prise du pouvoir par le CNSP le 18 août 2020, c’est pratiquement pour la première foi que le Colonel Assimi Goita s’est adressé directement au Peuple Malien. « A l’issue des Assises de ce lundi 21 septembre 2020, le Collège a décidé des personnalités ci-après, en qualité de Président et de Vice Président de la transition pour assurer la mise en œuvre de la feuille de route de la transition : Président de la transition au Mali : Mr M’ba Daou et Vice-président de la transition : Colonel Assimi Goita ».

Mieux, il a annoncé que « la cérémonie de prestation de serment aura lieu le samedi 25 septembre 2020 ».

Dans son adresse exclusive à la Nation malienne, le Président du CNSP a rappelé qu’il y a de cela un mois que face à la grave crise socio politique, économique, et sanitaire que traversait notre pays, les militaires regroupés au sein du CNSP ont décidé d’intervenir pour éviter le pire à notre pays.

Selon lui, c’est soucieux de la cohésion sociale et de la participation inclusive de tous les maliens pour une transition réussie et apaisée, que le CNSP a pris le temps d’écouter les acteurs politiques, la société civile, les religieux, les jeunes, les femmes, ainsi que les maliens établis à l’extérieur, pour élaborer les termes de références en vue d’une concertation nationale qui s’est tenue du 10 au 12 septembre 2020, à Bamako.

« Les trois jours d’échanges ont été révélateurs d’une divergence de vue des maliens sur le type de gouvernance à mettre en place pour la transition », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que des maliens étaient pour une transition purement militaire ; au moment, où d’autres se battaient pour une transition civile. Il a aussi dit de ne pas oublier, ceux qui proposaient une transition civilo-militaire. « A chacun certainement ses raisons car chaque proposition a certainement ses avantages et ses inconvénients », a-t-il estimé. Avant de dire, cependant, elles doivent être analysées dans un contexte global en tenant compte de la crise multidimensionnelle et des principes de fonctionnement de l’environnement international auxquels le Mali a librement souscrit.

Il a rappelé que « c’est dans ce cadre qu’un collège a été mis en place. Le dit collège est composé de : 7 membres du CNSP, 2 représentants du M5-RFP, 1 représentant du Conseil National de la Société Civile, 1 représentant du Conseil National des Jeunes, 1 représentant des Associations et Organisations féminines, 1 représentant de la Fédération des Personnes Handicapées, 1 représentant des Organisations syndicales, 1 représentant des Mouvements signataires, 1 représentant des légitimités traditionnelles, et 1 représentant des maliens de l’extérieur ».

Et, c’est selon lui, « à l’issue des Assises de ce lundi 21 septembre 2020, le Collège a décidé des personnalités ci-après, en qualité de Président et de Vice Président de la transition pour assurer la mise en œuvre de la feuille de route de la transition : Président de la transition au Mali : Mr M’ba Daou et Vice-président de la transition : Colonel Assimi Goita ».

En attendant la cérémonie de prestation de serment qui aura lieu le samedi 25 septembre 2020, l’on peut rapidement parcourir la biographie sommaire du Colonel-major M’ba Daou.

Qui est le Colonel-Major à la retraite M’ba Daou ?

Officier connu pour sa rigueur, sa discipline spartiate, et sa grande probité morale, le Colonel M’Ba Daou s’est illustré par sa mémorable démission alors qu’il était aide de camp de l’ancien Président, le Général Moussa Traoré, au fait de sa puissance et de sa gloire.

Selon plusieurs indiscrétions, il ne supportait pas les injonctions de la première dame vis à vis de laquelle il n’avait pas d’ordres à recevoir. Il a préféré rendre les tabliers et rejoindre le camp. Il reviendra deux décennies plus tard comme éphémère ministre de la défense sous IBK.

Admis à faire valoir ses droits à la retraite, il ne s’est engagé dans aucune activité politique.

Né le 23 août 1950 à San, (Ségou au Mali), il est incorporé comme engagé volontaire dans l’armée le 1er juin 1973 après son baccalauréat. L’année suivante, il est désigné pour suivre un stage de pilote d’hélicoptère en URSS.

En mars 1976, le jeune militaire surnommé " le Grand", intègre la toute nouvelle Armée de l’Air. Titulaire d’un brevet d’étude militaire supérieur en France, il est aussi breveté de l’Ecole de guerre en 1994 du même pays.

Il est de la 7ème promotion (1973) de l’École militaire interarmes (EMIA) de Koulikoro. Comme de nombreux cadres de son corps, il est passé par l’ancienne URSS où il a suivi plusieurs stages de formation. Ancien chef d’état major de l’Armée de l’Air, chef d’état major adjoint de la Garde nationale, directeur du Génie militaire, chef de cabinet de défense à la Primature, directeur général de l’équipement des armées, chargé de mission au MDAC.

Depuis 2008, il était directeur de l’Office national des anciens combattants, militaires retraités et victimes de guerre (ONAC).

Officier de l’Ordre national, il a aussi été décoré de la médaille du mérite militaire et de celle du Mérite national. Polyglotte, il parle français, russe, anglais et bamanan.

L’officier valeureux et l’homme intègre qu’il fût sera-t-il à hauteur de mission ?
Aura-t-il les coudées franches et cette grande capacité managériale pour assurer efficacement la coordination stratégique des actions ?

La rigueur militaire suffira-t-elle pour ouvrir les chantiers et assurer un équilibre politique surtout dans un pays qui ressemble à un champ de ruines ? Où le déminage sera le principal programme politique à réaliser au milieu de mille tourments....
Nous lui souhaitons plein succès dans cette difficile mission.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav