Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Tiébilé Dramé : « Les chefs coutumiers et les leaders religieux n’ont pas demandé l’annulation de la marche… du 8 décembre »

jeudi 6 décembre 2018

« En aucun moment les chefs coutumiers et les leaders religieux n’ont demandé l’annulation de la marche populaire, légale et constitutionnelle du 8 décembre. En aucun moment, ils n’ont demandé à Soumaïla Cissé et au FSD de reconnaître l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta à l’issue du scrutin frauduleux de juillet- août 2018 », a indiqué Tiébilé Dramé dans un Communiqué publié le 5 décembre 2018, suite à la rencontre entre le FSD et les Chefs Coutumiers et religieux de Bamako. Lisez l’intégralité du communiqué !

Ce mercredi, 5 décembre, les chefs des familles Niaré et Touré et plusieurs leaders religieux chrétiens et musulmans dont le Cardinal Jean Zerbo et Ousmane Madani Haïdara ont, à leur initiative, rencontré une délégation du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) conduite par l’honorable Soumaïla Cissé.

Les chefs coutumiers et religieux ont justifié leur démarche par la persistance de la crise politique née de la dernière élection présidentielle. Ils ont souhaité une décrispation et un apaisement de la situation par l’instauration d’un dialogue entre les acteurs politiques maliens.

Les leaders du FSD ont, tour à tour, pris la parole pour dresser l’état du pays caractérisé par la juxtaposition de quatre crises : sécuritaire, sociale, financière et politique.

Ils ont rendu les autorités actuelles responsables des tensions et crispations ainsi que de l’absence de dialogue politique et social dans le pays.

Ils ont saisi l’occasion pour dénoncer les atteintes aux libertés démocratiques fondamentales notamment les arrestations illégales, les détentions arbitraires et les répressions policières des manifestations pacifiques du 2 juin et du 16 novembre 2018.

En aucun moment les chefs coutumiers et les leaders religieux n’ont demandé l’annulation de la marche populaire, légale et constitutionnelle du 8 décembre.

En aucun moment, ils n’ont demandé à Soumaïla Cissé et au FSD de reconnaître l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta à l’issue du scrutin frauduleux de juillet- août 2018.

Ils ont invité le FSD au dialogue pour mettre fin à la crise politique.

Les leaders du FSD ont redit leur disponibilité pour un dialogue sincère portant sur la légitimité des institutions du pays.

Bamako, le 5 décembre 2018.

Pour le FSD
Tiébilé Dramé

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques