Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Succession de IBK : Karim Keïta, le RPM, le Haut Conseil islamique : Qui va gagner la bataille ?

mardi 9 mai 2017

A quelques encablures de la présidentielle de 2018, la guerre de succession du président IBK est ouverte et la bataille s’annonce rude entre les prétendants au trône tant les intérêts et les programmes politiques sont divergents. Et chaque protagoniste se croit déjà à Koulouba, eu égard aux moyens colossaux financiers et humains mobilisés pour ravir la vedette à l’autre.

Même si le Rassemblement Pour le Mali (RPM, parti présidentiel) multiplie des déclarations à l’emporte- pièces pour susciter une éventuelle candidature du président actuel et mettre en avant son bilan de la gestion des affaires du pays, IBK garde toujours le silence sur sa candidature à la présidentielle de 2018. Mais dans les coulisses du pouvoir, la succession du président Keïta se prépare activement par des acteurs politiques au parcours atypiques.

Au RPM, les cadres et les militants soutiennent la candidature du président IBK à la présidentielle de 2018. Ils pensent qu’il doit poursuivre l’œuvre de construction qu’il a entamée depuis sa prise de pouvoir, en 2013. Ils estiment de passage que le président Keïta a engrangé des succès diplomatiques pour sauver la partition du Mali en signant l’accord de paix avec les groupes armés.

Sur le plan national, les cadres du parti présidentiel attribuent à IBK la fin de certaines grèves qui avaient mis le front social en ébullition. Un accord a mis fin à la grève illimitée de la santé le mois dernier et la semaine dernière un protocole d’accord a été signé entre le gouvernement et les syndicats signataires du 15 octobre. Avec le lancement de la construction de certaines routes à l’intérieur du pays, ils pensent que le tour est joué pour IBK de se faire réélire sans peine, en 2018.

Quant à Karim Keïta, député élu en commune II du district de Bamako, il est difficile pour le moment de dire qu’il nourrit des ambitions pour succéder à son père dont le mandat arrive à terme, en 2018. Mais son implication dans les nominations à des postes à responsabilités de ses hommes à la tête des structures stratégiques du pays, ses actions humanitaires en direction des couches défavorisées, l’emploi qu’il offre aux jeunes dans ses sociétés prouvent à suffisance sa volonté à peine voilée de prétendre à la magistrature suprême du Mali soit en 2018 ou après le second mandat de son père.

Enfin, le Haut Conseil islamique (HCI) est à l’affût. Après avoir largement contribué à la victoire de IBK, en 2013, en appelant ses militants à voter massivement pour le candidat du RPM, l’instance dirigeante des musulmans du Mali croit que son heure est arrivée pour soutenir un candidat pour chasser la classe politique actuelle qui ne ferait plus son affaire. Ce qui est sûr et certain, le poids de cette organisation en termes de mobilisation est incontestable sur le terrain. Elle peut drainer des milliers de personnes contrairement aux partis politiques auxquels les Maliens ne croient plus vraiment.

La bataille entre ces trois (03) poids lourds de la scène sociale nationale s’annonce rude pour la succession du président IBK. Il reste maintenant à savoir qui remportera le duel pour affronter les autres candidats à l’élection présidentielle de 2018.

Yoro SOW
L’Inter de Bamako

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !