SIT-IN DEVANT L’OPAM A KAYES : Les manœuvres du Synacodem, les explications de l’Opam

lundi 20 avril 2020

Une poignée de membres du Synacodem qui n’a pu délivré les documents pour l’achat du riz japonais mis à la disposition par l’Etat du Mali, ont tenté de manipuler la société civile avec des fausses informations. La direction de l’Opam a réagit : « le riz sera vendu aux commerçants détaillants remplissant les conditions ».

Dans le but de renforcer les efforts du gouvernement dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, le Japon, en 2019, a offert au Mali plus de 6400 tonnes de riz à titre de don. Sur ce tonnage, 1200 ont fait l’objet de distribution gratuite à la population malienne. Le reste soit 5000 tonnes ont été reparties entre trois régions : Kayes 1000 tonnes, Mopti et Bamako 1000 tonnes chacune pour être vendu aux commerçants détaillants remplissant les critères qui, à leur tour doivent les vendre à des prix abordables.

Selon le dispositif mis en place, la vente devrait se dérouler du 3 au 17 mars 2020. Pour être dans le lot des commerçants détaillants habilités à acheter le riz, obligation leur est faite d’avoir un Registre du Commerce comme le stipule les textes. Les détaillants qui ont pu fournir les autres pièces en plus d’un Registre du commerce, ont pu acheter leur quantité de riz.

Ainsi sur les 1000 tonnes de riz, 400 ont été vendues et il restait dans le magasin 600 tonnes. Pour toujours donner une chance aux retardataires à se mettre en règle et accéder au reste du riz, l’opération de vente a été prolongée d’une semaine supplémentaire.

Incapable de fournir les documents exigés par l’Opam, une coalition du Synacodem a pu manipuler la société civile en leur tenant le discours à savoir que « l’Opam veut détourner leur riz pour le ramener à Bamako ». Sans rien comprendre de l’affaire, plusieurs dizaines de personnes ont assiégés la direction régionale de l’Opam et ont tenu un sit-in.

Ayant eu vent de la mobilisation de la population, le gouverneur de la région de Kayes a saisit le Commissaire à la Sécurité alimentaire pour savoir davantage les raisons du « mécontentement » de la population

Désormais au peigne fin des choses, le contrôleur général de police Mamadou Z sachant qu’ils ont affaire avec des gens manipulés par des membres de la Synacodem section Kayes, a demandé aux marcheurs de mettre fin à leur action.

Pour la direction de l’Opam, les informations qui ont été véhiculées aux kayesiens sont sans fondement. Selon le PDG de l’Opam, Youssouf Maiga, il n’a jamais été question de « retourner » dans une autre localité le riz qu’ils ont mis à la disposition de Kayes. Et de rassurer les populations que les vivres seront vendus à Kayes comme envisagé, mais qu’ils seront cédés à des détaillants répondant aux exigences.

En clair, à Kayes, il n’a jamais été question de faire retourner un kilogramme du riz que le Japon a mis à la disposition du Mali.

Amadou Sidibé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav